Sarkozy l’a dit, Sarkozy ne l’a pas fait (5ème épisode) – Sommet de crise ? Ou plutôt sommet de diversion ?

 

   Quel bilan peut-on retirer du mandat Sarkozy ?

Petit tour d’horizon des déclarations du candidat Sarkozy (certains sites sont d’ailleurs devenus muets sur ce point…) au regard des actions menées, tout au long de ces cinq ans …

 

Sarkozy voulait un « sommet pour l’emploi » : il a lancé une rencontre rebaptisée, pour l’occasion « sommet de crise ».

Pour quoi faire ? Montrer un activisme à tous crins, très probablement.

 

Histoire que l’on parle de lui, avant les présidentielles, lui qui est dans une zone de fortes turbulences en ce qui concerne les intentions de vote.

 

Car aujourd’hui, le Président est dans les tréfonds de l’impopularité.

 

De quelle majorité Sarkozy peut-il aujourd’hui se prévaloir, lorsqu’on voit l’attitude de ses ministres ou partenaires politiques ?

Ceux-ci lui font-ils encore confiance ? C’est la grande question.

 

Certains voudraient bien que l’on rabote les 35 heures (un truc qui coûte trop cher, selon Copé qui avance le chiffre de 12 milliards d’euros).

Et on a eu droit à la défiscalisation des heures supplémentaires, mise en œuvre en octobre 2007, ce qui a accéléré la destruction de l’emploi intérimaire.

 

Que va-t-il en sortir de ce sommet ? Un sommet d’hésitation, tout au plus.

Sarkozy joue la prudence. Comme si le dossier était trop chaud, que les propositions n’étaient pas assez concrètes.

 

Et que le rapport de forces politiques n’était pas établi à son avantage.

Il y a comme un parfum d’incertitude voire de flottement.

 

Et dans ce cas là, c’est la bonne vieille tactique de la diversion.

Parler d’autre chose pour éviter de parler du vrai sujet.

 

Sarkozy a choisi le logement social.

Mais qui peut contester l’idée que le logement social est en panne ? 

 

Qui peut contester l’idée qu’il faut dynamiser le secteur ?

C’est au moins un constat partagé : le logement social connaît une crise inégalée, qui s’est accélérée depuis… 5 ans.

 

Tout est donc là : Sarkozy est passé de l’emploi à la crise pour arriver au logement social.

Cela lui aura permis de ne pas aborder le vrai sujet, l’emploi.

 

Motif : cela lui permet donc de ne pas évoquer un dossier sur lequel il s’est cassé la figure.

Et de ne pas prendre les syndicats de face, uniquement pour éviter d’ouvrir de vraies négociations.

 

Et de préparer, bien sûr, sa réélection.

Sans en avoir l’air. Comme dans cette phrase :

« Est-ce que la vie économique, est-ce que les licenciements s’arrêtent parce qu’il y a des élections, est-ce qu’on devrait s’interdire de réfléchir, de penser et d’agir au motif qu’il y a des élections ? ».

 

L’heure doit-elle être à la réflexion ou à l’action ? Il envisage le second point.

Et il se garde bien d’aller jusqu’au bout.

 

L’histoire de la taxe Tobin est révélatrice : il lance l’idée et fait porter sur les autres la responsabilité de sa non application.

Pourtant, le bilan est là, bien loin des promesses :

« Depuis vingt-cinq ans, on vous dit que le plein emploi est impossible et que le chômage est une fatalité.  Rien n’est plus faux. »

 

Le chômage n’a cessé d’augmenter sous l’ère Sarkozy : +5% en 2011.

On compte plus de 5 millions de chômeurs.

 

Sans compter les 500.000 personnes  sorties  des statistiques chaque mois.

Le nombre de demandeurs en fins de droits s’est accru et Sarkozy a ignoré le problème pendant 6 mois.

 

Sauf à renforcer l’arsenal de répression.

Ou à réduire, comme en janvier 2011, les crédits destinés à l’emploi : moins 15%.

 

Article vu 1 516 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Sarkozy l’a dit, Sarkozy ne l’a pas fait (5ème épisode) – Sommet de crise ? Ou plutôt sommet de diversion ?

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    il faut être naïf pour penser que Sarkozy a obéi à autre chose qu’au CAC 40 et à leurs entreprises – la compétitivité, la performance des entreprises, c’est leur cotation en bourse. pas de vision stratégique sur le développement des entreprises ni bien sûr sur l’emploi

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web