Émission « Devant La Réunion » du lundi 17 septembre 2012 : la retranscription (volet 3)

 

Yves Montrouge : Ceci dit, c’est un projet qui fait l’unanimité, pardon la majorité des politiques, puisque vous avez entendu Michel Vergoz, qui « vole au secours » de ce projet.

 

   Pierre Vergès : Je vois que Mr Vergoz représente l’unanimité des hommes politiques réunionnais. Apparemment, j’en apprends tous les jours. 

Ce n’est pas la première fois que Mr Vergoz prône une solution qui va à l’encontre des intérêts économiques et financiers, techniques et environnementaux réunionnais.

 

Yves Montrouge : C’était un petit peu votre projet au départ…

 

Pierre Vergès : Sur la route du littoral, nous avions « enserré » l’Etat dans une contrainte, financer à 59 % (même pour) tout surcoût qui interviendrait (pour les travaux) sur cette route du littoral. 

À ma connaissance, dans (les Accords de) Matignon 2, au-delà de 1 milliard 600 millions d’euros, c’est totalement « pour la pomme » de la Région. Je pense en ce sens que l’on va aller vers des déconvenues, parce que l’effort sera totalement supporté par la Région. 

Donc, ce n’est pas la même chose. 

Deuxièmement, nous avions demandé à Mr Bussereau, alors Secrétaire d’Etat aux Transports, une garantie qu’il n’y ait aucun risque, compte tenu (notamment) de l’élévation du niveau de la mer. 

Vous savez qu’aujourd’hui, il y a d’autres signes d’alerte dont personne ne se soucie. Dans le mer de Laptev, par exemple, on (des scientifiques russes) a trouvé 200 torches de gaz qui peuvent conduire à un réchauffement climatique beaucoup plus conséquent et à une élévation beaucoup plus conséquente du niveau de la mer. 

Je ne dis pas qu’il ne faut rien faire. Mais je dis qu’il ne faut pas bricoler pour qu’après un Matignon 2, on fasse un Matignon 3 puis 4, de la même manière qu’on fait une route du littoral 3, ensuite une route du littoral 4.

 

Sophie Person : On peut quand même se poser des questions parce que la route du littoral version Didier Robert se fera avec la même enveloppe que celle qui était prévue sous la mandature de Paul Vergès pour le Tram Train plus la route du littoral…

 

Pierre Vergès : Sauf qu’il n’y aura pas de Tram Train. Il y aura des voies susceptibles d’être utilisées demain (pour un TCSP ferroviaire) – je demande à voir – mais aujourd’hui avec des bus qui ne sont pas au nombre de 2000 puisque les gens ont tous mal compris, car il fallait comptabiliser les bus déjà existants… Alléluia !

 

Sophie Person : Ce que je voulais dire, c’est que le coût Tram Train plus route du littoral était sous-estimé car cela équivaut quelques années après à la route du littoral toute seule…

 

Pierre Vergès : Parce que le projet est de 6 voies en mer. Par contre, en ce qui concerne le Tram Train, c’est vrai que nous avons eu à subir la déconvenue d’un an de retard puisqu’on nous a refusé le passage (haut) par la forêt primaire de la Grande Chaloupe (la savane en parallèle du Chemin des Anglais) pour ensuite faire que l’on passe, après une nouvelle enquête publique, par 3 tunnels.

 

   Image du Tram Train rue Maréchal Leclerc

Mais ces 3 tunnels représentaient une plus grande opportunité pour avoir des déblais pour la nouvelle route du littoral sécurisée. 

Aujourd’hui, il n’y a même plus de tunnels. Comment va-t-on disposer de matériaux ? C’est vrai que l’on pourra peut-être les retirer dans les pays voisins… on verra.

 

Yves Montrouge : Et que pensez-vous des autres dossiers du Conseil Régional ?

 

Pierre Vergès : Je constate que l’on retrouve souvent la même attitude qu’un député-maire qui a récemment défrayé la chronique. 

Par exemple, s’il (Didier Robert) n’était pas arrivé pour les régions ultrapériphériques (RUP), on n’aurait pas pris la mesure des revendications fortes que l’on doit avoir. Je rappelle qu’il y a eu un mémorandum, avec l’accompagnement de l’Etat et de la ministre du gouvernement Sarkozy Mme Penchard, où il était souligné qu’il fallait (pour les RUP) des stratégies adaptées qui ne sont pas les stratégies européennes. 

Cette revendication, il faut la poursuivre. Je souhaite qu’il (Didier Robert) le fasse, parce que c’est très important dans le cadre de la PAC, et également dans le cadre de la politique de la pêche, parce que nous sommes dans une situation où nous allons être marginalisés (à cause de la crise dans l’Union Européenne) et c’est très dangereux. 

Pour les autres dossiers, je ne vais pas faire un réquisitoire contre la Région, vu le peu de temps qui me reste. Simplement, à l’arrivée (en 2014 ou 2015, selon la date des prochaines élections régionales), le résultat et le bilan de la politique menée par Didier Robert.

 

Yves Montrouge : Alors vous serez prêt à aller au combat…

 

Pierre Vergès : Moi je suis prêt à apporter ma pierre, avec d’autres…

 

Yves Montrouge : Ce sera en 2015…

 

Pierre Vergès : En principe. Selon quelle configuration ? 

« Assemblée unique » ? 

« Bicamérisme » où la compétence générale serait donnée à la Région et une compétence plus sociale serait donnée au Département ? 

« Statu quo » ? 

On n’en sait rien. Attendons de voir ce que proposent les différents élus. 

Mais je crois qu’il faut qu’il y ait un sursaut parce que si nous n’avons pas des prérogatives fortes pour nous ouvrir sur notre « Grand Océan Indien », nous aurons de sérieuses difficultés. 

Et ce n’est pas quelques contrats aidés, même demandés par X maires « à genoux » devant l’Etat, pour qu’il s ‘émeuve (qui règlera le problème)… Je crois qu’on n’y arrivera pas.

 

Sophie Person : Est-ce que vous préparez quand même cette échéance parce que reconquérir la Région, ça ne se prépare pas en 4 mois. Est-ce qu’au sein du Conseil de la Reconstruction, il y a des discussions sur les stratégies à adopter pour les prochaines échéances électorales, au vu des résultats du PCR lors des derniers scrutins ?

 

Pierre Vergès : Les résultats du Parti lors des derniers scrutins étaient quand même dû lors des régionales au refus d’une liste (la liste socialiste conduite par Michel Vergoz) de fusionner avec nous. Dont acte, on ne va pas y revenir. 

En ce qui nous concerne, avant même d’aborder les prochaines échéances municipales, les prochaines échéances régionales, il faut édicter des principes. 

   Gélita Hoarau

Oui ou non allons-nous travailler plus conséquemment sur la parité ? À un moment donné, nous avons été le parti qui a fait émerger au plan parlementaire des femmes, que ce soit à l’Assemblée Nationale (Huguette Bello) ou au Sénat (Gélita Hoarau). 

Est-ce que l’on va travailler réellement à faire susciter l’émergence d’une jeunesse qui soit imbue des luttes passées ? Parce que ce n’est pas forcément le cas (aujourd’hui), n’ayons pas la « langue de bois ». 

Donc, il y a la formation. 

Tous ces éléments sont suffisamment importants pour qu’on les appréhende d’abord, et ensuite voir comment ils sont mis en application dans le cadre des échéances à venir. 

Mais si dès maintenant on « met la charrue avant les bœufs », on recommence les erreurs qu’on a peut-être pu commettre.

 

Sophie Person : C’est pourtant ce que disait Yvan Dejean il n’y a pas si longtemps à ce micro, qu’il faudrait au contraire préparer les municipales tout de suite…

 

Pierre Vergès : C’est évident qu’il faut y penser maintenant. Mais quand je dis ne pas « mettre la charrue avant les bœufs », c’est que l’on doit déterminer d’abord quel est le « cahier des charges ». 

Si on se dit on fait avec n’importe qui, il faut y arriver de toute façon… je ne crois pas que c’est ce qu’il a voulu dire. 

Ce qu’il a voulu dire, c’est qu’il faut prendre à bras-le-corps cette tâche immense, notamment sur le problème de la parité, qu’on l’applique et qu’on la vive tous les jours.

 

Yves Montrouge : Vous avez parlé dans votre tribune libre de reversement des indemnités de l’élu à son parti parce que manifestement ça a fait défaut à un certain moment. Mais est-ce que vous avez toujours reversé vos indemnités ?

 

Pierre Vergès : J’ai toujours reversé mes indemnités soit directement, soit par personne interposée lorsqu’il y a eu « écrêtement », notamment par l’intermédiaire de mon collègue conseiller régional Yvon Virapin. 

Yvon Virapin qui était sortant à la Région et qui a été sorti, qui était sortant au Conseil Général et qui a été sorti… ce sont des éléments qu’il faudra apprécier dans le cadre de la reconstruction dans un débat fraternel…

 

Yves Montrouge : Dernière question qui va vous paraître un peu bizarre. Puisque vous souhaitez être dans la direction collégiale du prochain PCR, est-ce que vous avez votre carte du PCR, et depuis combien de temps ?

 

Pierre Vergès : J’ai ma carte du PCR depuis les années 80. Pour celle de cette année, elle doit être remise demain puisque je suis maintenant à la section de Saint-Denis.

 

Yves Montrouge : Le PCR reconstruit, n’y aura-t-il donc plus l’Alliance ?

 

Pierre Vergès : Je pense que le problème de l’Alliance doit nous interpeler. 

   Oui ou non, cette stratégie était juste ? 

Mais est-ce que l’on a tout fait pour qu’il y ait l’adhésion la plus forte des membres et militants du PCR ? 

Et en même temps, est-ce que l’on a sollicité les membres de l’Alliance pour qu’ils puissent confronter leurs idées, leurs analyses, auprès des membres et militants du PCR ? 

Je crois que cela ne s’est pas fait suffisamment dans les deux sens. Et je ne dis pas que c’est « mort » car lorsqu’on parle d’unité, j’ose espérer que personne ne croit que c’est l’unité « derrière » nous. Sinon ce serait trop facile. 

Donc il nous faut susciter (le rassemblement)…

 

Yves Montrouge : Peut-être avec le futur mouvement de Huguette Bello ?

 

Pierre Vergès : Pourquoi pas ? Si c’est sur des bases justes. 

Quelles sont les orientations majeures du projet de Mme Bello et de son parti ? Je crois qu’on les connaîtra bientôt. Donc ce sera avec grand plaisir que l’on regardera s’il y a des convergences. 

S’il y a des convergences, pourquoi pas ? Puisqu’on le fait avec le Parti Socialiste, à moins de considérer qu’elle est pire que le Parti Socialiste.

 

 Sophie Person : Merci Pierre Vergès.

 

Article vu 1 817 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web