Chose promise, chose due : ma mise au point !

image Je vous avais promis de faire, après la conférence de presse que nous devions tenir, la Présidente et moi, un article sur un papier du journaliste du Quotidien Michel Zitte et un édito de Franck Cellier.

Chose promise, chose due. A ceci près que, je dois vous l’avouer, après échanges avec mes amis, dont la Présidente, plutôt que de tailler en pièces les papiers concernés, je me contenterai de prendre deux exemples où la légèreté sera retenue et non la mauvaise foi, laissant ce dernier penchant « au bénéfice du doute ». Et je terminerai sur ce qu’a déclaré M. Roger Alagama au nom d’usagers mécontents.

Dans des articles qui suivront, je me concentrerai plus sagement sur les annonces positives que nous avons faites ce matin, la Présidente et moi, ainsi que sur les réponses apportées aux interventions entendues ici ou là sur les radios ou à la télévision.

En ce qui concerne le papier de Michel Zitte

Dans un encadré, Michel Zitte écrit ceci : « Plus surprenant, quand il accuse ouvertement les medias, coupables selon lui de ne pas avoir communiqué sur ce « formidable projet, unique en France ». « Les medias n’ont fait que relayer le mécontentement des usagers mais en aucun cas ils ne se sont emparés de ce dossier unique en France. Je n’ai pas de leçons à vous donner, mais c’est bel et bien la réalité. »

Et Michel Zitte de monter sur ses grands chevaux : « Non, M. Vergès vous n’avez pas de leçons à donner aux medias, surtout en cette période où il est beaucoup question de liberté d’expression ».

Je répondrai simplement ceci à Michel Zitte :

1°- Quelle que soit la période, la liberté d’expression doit être respectée.

2°- Le respect de la liberté d’expression, c’est aussi la liberté pour un citoyen, élu ou non, de pouvoir faire un constat qui peut concerner un journaliste, sauf à inscrire dans la loi qu’il est un intouchable qui ne peut faire l’objet de remarque, et encore moins de critique.

3°- Le respect de la liberté d’expression n’est pas à sens unique : autrement dit cela devrait conduire un journaliste à s’interroger sur le respect des déclarations qui lui sont faites par quelqu’un que ce journaliste sollicite.

Ainsi, je ne lui ai jamais dit que le nouveau réseau Car jaune est un « formidable projet, unique en France ». Il suffit de reprendre TOUS les articles de mon blog où vous ne trouverez pas cette affirmation.

image Par contre, je lui ai effectivement dit que l’abonnement Réuni’Pass, valable sur tous les réseaux de l’Île, était un « formidable projet ».

Non je ne lui ai pas dit qu’il était « unique en France ».

Mais je lui ai dit que « peu de territoires avaient mis en place une telle facilité pour les usagers ». Et j’ai cité « la Région Île-de-France et la Région de Haute-Normandie ».

 Peut-être ferez-vous l’amalgame comme le journaliste du Quotidien Michel Zitte. Cela serait à mettre sur le compte d’un mauvais message de ma part.

Mais si vous avez bien compris que je parlais de la formidable avancée grâce au Département, MAIS AUSSI de la CIREST, de la CINOR, du TCO, de la CIVIS et de la CASUD, permettant aux titulaires de voyager partout, tous les jours, le nombre de fois qu’ils veulent, non pas unique en France, mais loin d’être généralisée, alors il faudra conclure à la légèreté du journaliste quand il transforme ce que lui dit son interlocuteur « au nom de la liberté d’expression » !

Car je persiste et signe : avec l’interopérabilité déjà applicable (plus d’une centaine de cartes d’abonnement déjà vendues) nous sommes en avance sur de nombreux territoires de France continentale.

Et oui, j’ai dit que ça n’intéresse pas suffisamment les medias. Et c’est cela aussi la liberté d’expression.

En ce qui concerne l’éditorial de Franck Cellier dans Le Quotidien

Franck Cellier écrit ceci : « Derrière les slogans, il faudra bien qu’un jour le conseil général dise si oui ou non, il réalise des économies, et combien, avec l’abandon, certes réglementaire, des missions urbaines que remplissait jusqu’alors le réseau car jaune ».

Merci en premier lieu de reconnaître que le Conseil général a effectué « des missions urbaines que remplissait jusqu’alors le réseau car jaune ».

Je rajoute : depuis au moins 15 ans pour la plupart des autorités organisatrices de transports urbains (AOTU) que sont la CIREST, le CINOR, le TCO, la CIVIS et la CASUD.

Je comprends que la liberté d’expression permette de ne pas s’interroger sur le paradoxe consistant à cette prise en charge par le Département qui puise dans son budget général alors que les AOTU perçoivent une recette propre, le versement transport (plus de 28 millions d’euros pour la CINOR, plus de 22 millions d’euros pour le TCO, pour ne citer que ces deux AOTU).

Mais quand il écrit qu’il « faudra bien qu’un jour le conseil général dise si oui ou non, il réalise des économies, et combien », qu’il me permette de tomber des nues !

Cela fait plus de six mois qu’une séance plénière ET publique, à laquelle Le Quotidien était convié, avait à son ordre du jour la validation de la Délégation de Service Publique (DSP), sur la base d’un rapport où était évoqué publiquement le coût annuel pour la collectivité.

Et j’avais même précisé que la nouvelle DSP était d’un coût annuel dépassant de plus de 3 millions d’euros le coût de l’ancienne DSP.

Un peu d’effort de mémoire, ou à tout le moins une demande à son journaliste Michel Zitte de se renseigner auprès de moi, aurait évité de laisser croire aux lecteurs du Quotidien que le Conseil général tente de dissimuler le coût de la DSP.

Allez, pas de procès d’intention… même au nom de la liberté d’expression : je mettrai ça sur le compte d’une légèreté passagère !

En ce qui concerne ce que dit M. Roger Alagama

M. Roger Alagama déclare ceci : « Même si je suis convaincu que le conseil général ne reviendra pas sur sa décision, je pense qu’une forte mobilisation permettra de faire évoluer les lignes ».

Je dirai que je suis en partie d’accord avec lui. En effet, le Conseil général ne reviendra pas sur sa décision, et ce pour plusieurs raisons :

1°- D’abord juridique : le contrat de DSP est noué pour dix ans. Il est juridiquement impossible au Conseil général de la remettre en cause. Sauf à payer de lourdes indemnités. Il suffit de voir comment la CASUD et son président André Thien-Ah-Koon ont renoncé à remettre en cause la DSP conclue sous la mandature de Didier Robert. Dire le contraire, comme le font certains candidats aux élections, c’est mentir avec légèreté.

2°- Ensuite de prudence : la Chambre Régionale des Comptes a alerté le Département sur le fait qu’il ne pouvait continuer à se substituer aux intercommunalités (donc la CIREST, le CINOR, le TCO, la CIVIS et la CASUD) qui ont la compétence en matière de transports urbains.

3°- Enfin de bon sens : le Département a constaté une augmentation depuis le 11 décembre 2014 de 30 % de la fréquentation. 30 % ! Il est donc hors de question de revenir en arrière.

Là où je ne suis pas d’accord avec M. Roger Alagama, c’est quand il pense « qu’une forte mobilisation permettra de faire évoluer les lignes ».

Car il lui suffit de se référer à nos déclarations lors de la conférence de presse, et lors de nos interventions dans les medias. Les lignes ont déjà évolué… pour aller au-delà de 30 % d’augmentation de la fréquentation !

Mais les points de convergence peuvent exister entre nous, pour peu que nous nous parlions avec respect, pour trouver des réponses à chaque doléance, à condition de combattre inlassablement la confusion trop souvent entretenue, volontairement ou non, dans l’objectif de clarifier la situation.

C’est ainsi que ce soir, dans la nouvelle émission de Gaël Le Dantec sur Radio Réunion 1ère, de 17h30 à 17h45, M. Roger Alagama et moi-même sommes tombés d’accord sur une proposition : que l’ensemble des AOTU (la CIREST, le CINOR, le TCO, la CIVIS et la CASUD), le Département et la Région se retrouvent avec des représentants d’usagers afin que les doléances de ces derniers soient examinées et que des engagements soient pris pour résoudre leurs problèmes… par les autorités qui en sont légalement responsables !

Dont acte ! Le Département est prêt quant à lui.

Demain, je vous communiquerai des articles sur le contenu de la conférence de presse. En attendant, bonne soirée !

 

Article vu 1 746 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web