Conférence de presse du département sur les transports ce lundi 17 juin : l’intervention de la Présidente

 La présidente du département, Nassimah Dindar, lors de la conférence de presse (photo CG)

 

Mesdames et Messieurs bonjour,

 

Je vous remercie de votre présence cet après-midi pour la présentation de ce que nous pouvons qualifier de contribution volontaire du Conseil Général au développement du transport en commun à l’échelle de l’île : le Plan départemental des Transports et sa mise en œuvre en 2014 à travers l’évolution du réseau interurbain Car Jaune.

 

Nous sommes sans conteste à une période importante de l’évolution des déplacements à la Réunion : le Conseil Général et les communautés d’agglomération ont depuis plusieurs années, chacune selon ses compétences d’autorité organisatrice de transport, développé une offre de transport relativement performante, même si nous sommes tous conscients qu’elle demeure entendu largement perfectible.

 

Nos réflexions, nos expériences et nos projets contribuent conjointement à apporter une réponse aux enjeux de la mobilité des réunionnais sur leur territoire.

 

Malgré tout, nous n’avons pas à rougir du niveau que nous avons atteint.

 

Nous aurons d’ailleurs l’occasion de l’évoquer lors de la Commission Outremer du GART (le groupement des autorités organisatrices de transport), qui se tiendra les 19 20 juin prochains à la Réunion, à l’Hôtel de Région.

 

Je ne pourrai d’ailleurs pas être présente lors de ces journées de travail, mais j’y serai représentée pour faire valoir le rôle moteur joué, par le passé et encore aujourd’hui, par le Conseil Général en matière de transports.

 

J’ai par contre tenu à rencontrer les représentants du GART lors de leur déplacement et rendez-vous a été pris pour que nous échangions sur les enjeux des déplacements, nos contraintes et spécificités, mais aussi les réponses apportées par la politique départementale de transport.

 

Il y a, à mon sens, nécessité d’agir, et d’agir vite, pour favoriser le transport en commun et même les autres modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle.

 

Sur un territoire insulaire exigu et accidenté, la géographie, la démographie et le contexte socio-économique de l’île de la Réunion représentent des contraintes fortes pour son aménagement et un frein important aux possibilités de déplacement.

 

La part modale du transport en commun se maintient depuis des années à un faible niveau (moins de 7 %) malgré le développement du réseau de transport public interurbain départemental Car Jaune et des réseaux urbains.

 

Après l’abandon en 2011 du projet de tram train régional, le Conseil Général se retrouve, avec son réseau Car Jaune qui demeure l’unique réseau qui dessert tout le territoire, devant la responsabilité de conforter sa solution routière de transport en commun pour répondre aux enjeux des déplacements sur l’ensemble de l’île.

 

Dans la perspective du renouvellement, en janvier 2014, des contrats d’exploitation et de gestion du réseau car jaune, nous avons donc élaboré un plan départemental des transports sur une durée de 10 ans, validé à l’unanimité par notre assemblée plénière le 12 décembre dernier.

 

Ce plan ambitionne de rendre beaucoup plus attractif le transport en commun.

 

Notre action en matière de transport se situe dans le droit fil de la démarche volontariste du Conseil Général, qui s’inscrit comme bouclier social au profit des plus fragiles.

 

Dans le budget du Département, l’action sociale tient une place prioritaire et mobilise l’essentiel des financements, alors même que de plus en plus de personnes sont concernées par cette action sociale obligeant la collectivité à accroître ses dépenses en la matière.

 

Malgré cela, nous sommes déterminés à poursuivre notre action pour permettre à tous les réunionnais de se déplacer à un tarif acceptable.

 

Cette volonté mobilise ainsi beaucoup de ressources financières, dans un contexte pourtant particulièrement contraint.

 

Notre réponse en matière de transport, nous avons voulu l’envisager en étroite concertation avec les autres Autorités organisatrices de Transport.

 

En effet, l’usager réunionnais ne voyage pas uniquement sur le réseau interurbain Car jaune.

Il utilise également d’autres réseaux de transport et d’autres modes de déplacement.  

 

Sa préoccupation est celle d’une chaîne de déplacement facilitée et à un coût abordable.

 

Il nous a donc fallu initier une démarche visant une meilleure coordination des offres et une interopérabilité des titres de transport, afin de permettre une fluidité de déplacement pour les usas et une optimisation du coup de déplacement.

 

Notre réseau de transport, tel qu’il est envisagé à partir du 1er janvier 2014, sera plus rapide, plus confortable, plus performant.

 

Le Vice-président délégué au Transport aura l’occasion de le présenter plus en détail dans un instant.

 

Je voudrais juste souligner que notre responsabilité dans l’organisation d’un réseau de transport qui dessert toute l’île et se connecte à tous les réseaux locaux nous conduit à porter notre regard vigilant à la cohérence de toutes les actions nécessaires pour faciliter le développement du transport en commun.

 

À ce sujet, notre réseau Car jaune devrait utiliser le réseau routier sans doute le moins embouteillé et ainsi améliorer la ponctualité de  nos services.

 

Cela implique que de manière cohérente les réseaux locaux utilisés par nos usagers, plus régulièrement confrontés à l’engorgement du trafic, puissent bénéficier des aménagements qui améliorent leur vitesse de circulation.

 

Le Conseil Général doit donc être au côté des autorités organisatrices de transports urbains pour favoriser la mise en place d’aménagement permettant un meilleur partage de l’espace entre le transport en commun et la voiture (itinéraires privilégiés, TCSP, …).

 

Cette orientation implique sur le déploiement dans les différents territoires d’efforts financiers conséquents, comme ceux proposés par la Région dans le cadre du programme d’aménagements routiers du Trans Eco Express, ou ceux qu’il conviendra de solliciter de la part de l’Etat dans le cadre des appels à projet en faveur des déplacements durables.

 

Au-delà de notre seul réseau, au-delà de la recherche de cohérence entre les réponses apportées par les différentes autorités organisatrices de transport, au-delà de notre sollicitation collective des aménagements nécessaires à leur développement, nous devons également penser à un système de transport le plus intégré possible, faisant intervenir différentes solutions et différents acteurs.

 

En effet, malgré la performance des réseaux de transport en commun,  nous serons confrontés à des limites : certains espaces ne seront pas ou ne pourront pas desservis,  où seront desservis à une fréquence pas suffisamment importante.

 

De même, l’amplitude horaire des réseaux de transport public est elle aussi limitée.

 

Il faut donc envisager que d’autres acteurs prennent le relais, et je pense notamment aux taxis dont l’activité doit s’envisager non pas comme concurrente mais come complémentaire à celle du transport en commun.

 

Enfin, si on souhaite développer un système de déplacement intégré (car, bus, taxi, etc.), il faut œuvrer pour une amélioration conséquente des équipements utilisés quotidiennement.

 

Il s’agit notamment de reconsidérer l’environnement du transport (les pôles d’échanges, les parcs relais, les arrêts, etc.) par un embellissement mais aussi par un traitement plus fonctionnel des points de connexion entre les réseaux de transport urbain et non urbain et même entre modes de transport.

 

Je suis d’ailleurs toujours assez surprise de voir que les conditions d’accueil des usagers du transport public sur la gare routière de Saint-Denis, gare provisoire malheureusement depuis plusieurs années, ne se sont pas beaucoup améliorées ; et que les perspectives d’évolution restent très préoccupantes.

 

En tout cas, elles ne sont pas au niveau de l’enjeu puisque cette gare de Saint-Denis notamment représente le point de trafic le plus important du réseau car Jaune.

 

En conclusion, nous l’avons vu, pour que le transport en commun soit efficace et se développe, il faut que nos efforts se conjuguent : interconnexion, interopérabilité, solutions intégrées de transport, aménagements adaptés, …

 

Le Conseil Général a démontré concrètement son implication dans tous ces domaines à travers son projet pour le futur réseau car Jaune en 2014.

 

Pour prolonger ce projet et les initiatives de coopération initiées, il faut désormais une consécration institutionnelle.

 

C’est la vocation du Syndicat Mixte de Transport qui verra le jour prochainement.

 

Celui-ci constitue un outil qui vient compléter l’action menée jusque-là par les autorités organisatrices de transport.

 

Le Conseil Général a historiquement construit le paysage de transport à La Réunion et longtemps assumé les responsabilités que portent aujourd’hui les agglomérations en matière de transport.

 

Il démontre encore aujourd’hui sa participation active au développement du transport.

 

Il pourra donc légitimement apporter une contribution importante et utile au sein de cette instance de concertation.

 

Je vous remercie.

 

Article vu 2 272 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

2 Commentaires sur

Conférence de presse du département sur les transports ce lundi 17 juin : l’intervention de la Présidente

  • Buford WaltonNo Gravatar |

    Depuis le début de l’année 2010 c’est la CASud (Communauté d’Agglomération du Sud) qui dispose de la compétence transport scolaire pour notre commune. Pour les particuliers, c’est le réseau CARSUD qui permet aux Tamponnais de se déplacer dans la ville et ses écarts ainsi que vers les communes de l’Entre-Deux, St Philippe et St Joseph.

  • Haley C. FultonNo Gravatar |

    Depuis 2002 , le Conseil général de l’Isère , un des organisateurs des transports publics dans le département , a unifié son réseau de transport en commun et a créé le réseau Transisère avec une tarification unique et zonale. Une nouvelle identité visuelle pour l’ensemble des acteurs du réseau a été appliqué sur les véhicules (couleurs bleu et jaune). Le réseau Transisère à pour points névralgiques les gares routières de Grenoble et de Villefontaine . Transisère s’est doté de lignes à haut niveau de service , que l’on appelle « lignes Express ». Le conseil général à, aussi, réalisé une voie de bus sur l’ autoroute A48 , sur la portion Saint-Égrève – Pont d’Oxford , pour éviter les bouchons, ce qui est une première en France.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web