À propos de l’interview de Didier Robert dans le JIR du 31 août (7) – Sur le nouveau protocole Sarkozy-Robert

 

 À l’occasion des 3èmes Rencontres internationales des PPP (Partenariats Publics Privés) qui se sont déroulées les 21 et 22 octobre au Palais des Congrès de Paris, le projet tram-train de La Réunion a reçu un des deux Prix spéciaux, que j’ ai reçu des mains de Patrick Devedjian.   

À la question du journaliste du JIR, à propos de la signature du Protocole de Matignon 2,

« Les prochaines semaines… » Reconnaissez que c’est vague comme échéance, non ?, » 

Didier Robert répond : « Je ne suis pas maître du calendrier de Matignon, mais ce sera avant fin septembre. »

 

Mais il y a mieux !

À la question :

« Quand avez-vous prévu de démarrer vos « grands chantiers » ? »

Didier Robert répond sans scrupules (mes commentaires entrecoupant sa réponse étant en gras) ceci :


LE MÉPRIS ENVERS LES ACTEURS ÉCONOMIQUES


Didier Robert : « Après avoir fait le constat de l’impossibilité financière et technique du tram-train,… »

 

Commentaires : « Tibus 1er » prend-il les groupements qui ont concouru pour le contrat PPP

(composé de banques, de majors du BTP comme Bouygues, Colas, Demathieu et Bard, Vinci, et d’entreprises locales  comme GTOI ou SBTPC, de bureaux d’études, de sociétés d’exploitations comme Veolia ou Transdev, de constructeurs comme Bombardier ou Alsthom)

pour des « demeurés » ? Impossibilité technique ?

 

« Tibus 1er » oublie-t’il que son ami ministre délégué à la relance, Patrick Devedjian, ainsi qu’un autre membre du Gouvernement Sarkozy, Hervé Novelli,

m’ont remis à Paris, lors des journées du PPP, en tant que représentant de la Région Réunion,

le prix du « défi relevé », au motif que la MAPPP (Mission d’appui au PPP) a reconnu le travail fourni pour un excellent dialogue compétitif grâce au travail remarquable au plan technique ?

 

« Tibus 1er » pense-t’il pouvoir cacher aux réunionnais sa lourde responsabilité d’avoir permis au Gouvernement Sarkozy de se « défiler » de ses engagements qui auraient permis à La Réunion de bénéficier, au même titre que les autres régions de France continentale, d’une infrastructure ferroviaire ?


LE RÈGNE DE L’IMPOSTURE POLITIQUE


Didier Robert : « … de la nécessité de supprimer sans plus attendre le projet de la Maison des civilisations, notre responsabilité était à la fois de veiller à réorienter les crédits disponibles et à les mettre au service de grands chantiers utiles à la Réunion. »

 

Commentaires : encore une fois, l’imposture politique consiste à effacer le passé de la mémoire collective.

 

Mais quand Didier Robert déclare réorienter les crédits vers de l’investissement, il peut tromper des « gogos », mais pas des personnes soucieuses du devenir économique et social.

 

Les 2 mesures, lourdes de conséquences financières pour la Région, et qui vont grever chaque année des sommes qui auraient pu aller à l’investissement dans le secteur du BTP notamment, sont :

– 9 millions pour l’acquisition d’ordinateurs aux élèves de seconde,

– et 8 millions pour « aider » l’État à financer la continuité territoriale !

 

Soit 17 millions qui auraient pu générer un emprunt de 170 millions d’€. Or, cela va se reproduire chaque année !


LE SERPENT DE MER DE LA NOUVELLE ROUTE DU LITTORAL


Didier Robert : « L’enveloppe globale d’intervention de l’État, de l’Europe et de la Région pour un montant de 2 milliards d’euros comprend 3 volets : la nouvelle route du littoral, gratuite, avec deux voies réservées à un transport en commun en site propre,… »

 

Commentaires : Parlons-en de la nouvelle route du littoral !

 

« Tibus 1er » parle à propos du projet Tram Train d’impossibilité « technique » alors que les études étaient suffisamment approfondies au point pour les entreprises de pouvoir faire une offre ferme et non évolutive.

 

Et Didier Robert a ce toupet alors que les études concernant la route du littoral se poursuivent pour identifier les problèmes techniques qui permettront d’apprécier de manière sérieuse le coût de réalisation de ce chantier, de route non plus à 4 voies, mais à 6 voies…

 

Route qui parait-il – mais ça change tout le temps – pourrait à terme supporter le passage d’un transport ferroviaire (attention au poids, au phénomène de corrosion, et au risque d’immobilisation de la circulation automobile et du transport en site propre en cas de catastrophe naturelle !

 

Autrement dit, à quelle hauteur financière sera consacré le projet nouvelle route du littoral dans le nouvel accord de Matignon ?

 

Est-ce que l’État, qui nous l’avait refusé, va accorder la gratuité en prenant en charge les 205 millions d’€ de péage qui étaient à la charge des usagers ?


LA FUITE EN AVANT DANS L’APPROXIMATION


Didier Robert : « … les travaux d’infrastructures concernant le Trans-Eco-Express (l’objectif ici est de parvenir à un maillage intelligent par bus de toute la Réunion avec tous les partenaires concernés)… »

 

Commentaires : en considérant la promesse d’égalité de traitement de toutes les micro régions, de l’Est au Sud de l’Île, la question préalable que l’on se pose est :

 

« Où sont les études permettant d’identifier le coût des investissements, sans compter le coût de fonctionnement, de ce fameux – fumeux ? – Trans éco express ?

 

Et de parler des partenaires concernés permet, rappelons-le, à l’élu né d’une imposture politique de se défausser en cas de panne du projet mal ficelé de 2000 bus !


Didier Robert : « …et, enfin, les aménagements des aéroports de Gillot et de Pierrefond dans le cadre d’une nouvelle société aéroportuaire de gestion. »

 

Commentaires : Pipeau, pipeau, pipeau !

Voilà la réponse du Gouvernement paru dans le JO du 6 juillet 2010 à une question écrite du député Didier Robert :

« Le syndicat mixte de Pierrefonds, autorité organisatrice du service public de l’aéroport de Saint-Pierre/ Pierrefonds, depuis son ouverture au trafic commercial, en 1998, est devenu propriétaire de la plate-forme fin 2006, en application del’article 28 de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.

Il est, à ce titre, pleinement compétent pour définir les axes de développement de la plate-forme… et établir le financement des actions qu’il souhaite engager.

Il est à cet égard de son seul ressort de décider la politique d’investissements nécessaires au développement de la plate-forme. »

 

Cela a le mérite d’être clair ! A moins que « Tibus 1er » veut faire payer à l’État et à la Région un investissement que l’État même veut voir demeurer intercommunal !

 

Didier Robert : « Dans le cadre de ce nouveau protocole, notre objectif est de pouvoir démarrer certains chantiers dès 2011 et la route du littoral début 2013. »

 

Commentaires : Encore de l’approximation !

Gagner du temps pendant que les entreprises du BTP « tirent la langue » !

Quels chantiers dès 2011 ?

Et quel calendrier pour la nouvelle route du littoral ?

Les Réunionnais sont en droit d’être informés ! Vous avez dit « transparence  » ?

  

Demain paraîtra le dernier volet concernant cet interview.

                                                                                                                                                                       

Article vu 2 439 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

À propos de l’interview de Didier Robert dans le JIR du 31 août (7) – Sur le nouveau protocole Sarkozy-Robert

  • EricNo Gravatar |

    Tous les chantiers en cours ont été initiés par la précédente mandature, ceux qui vont sortir dans les prochains mois ont aussi été initiés par l’équipe Vergès.
    il ne faut pas nous prendre pour des couillons, on sait que pour qu’un projet se réalise, il faut au moins 5 ans en enquêtes de toutes sortes.

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    Didier Robert va demander une aide de l’Etat pour la nouvelle route du littoral. en espérant que cette aide soit au niveau de celle inscrite dans le protocole de Matignon. Ca, ce n’est pas gagné.
    quand bien même il obtiendrait cette aide, vu qu’il évoque la question en valeur et non en pourcentage, qui va payer les inévitables surcoûts, liés à la hausse du prix des matières premières, du transport etc. La Région, bien sûr….

  • ArsinoéNo Gravatar |

    L’ancienne mandature avait procédé à des allottissements, c’est à dire la possibilité légale de partager les marchés en lots, afin que les petites entreprises puissent avoir du travail.
    DR se vante des chantiers sur la Rivière Saint Etienne, par exemple (lancés déjà avant), tous les marchés ne sont pas attribués, me semble t il. Ceux qui vont être attribués dans les semaines qui viennent respecteront ils cette logique de l’allottissement ? A surveiller

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web