Grands chantiers régionaux : quand la mémoire flanche…

 

   La presse réunionnaise en a parlé hier : des emplois vont être créés.

Entre 8.000 et 12.000 emplois. Ce n’est pas rien.

 

Des emplois liés aux « grands chantiers censés être le moteur de la relance économique », explique le JIR dans le chapeau de son article.

 

Au passage, on notera l’usage du mot « censés ».

 

Très révélateur d’un état d’esprit, empreint sinon d’un fort scepticisme mais tout du moins d’une vraie réserve.

 

Réserve que je partage totalement, comme vous avez pu le constater dans les différents articles que j’ai publiés sur cette hypothétique route du Littoral.

 

La prise de position du préfet est un autre point qui m’a interpellé :  

 

« Cette démarche appliquée aux grands chantiers de la Région est un test.

J’espère qu’elle sera étendue aux autres projets réunionnais.

Si elle avait été appliquée pour la nouvelle centrale thermique du Port, on aurait peut-être évité un conflit ».

 

Cette démarche, c’est la « convention cadre signée avec le Pôle emploi, Carif Oref et l’Etat sur l’emploi local lié aux grands chantiers ». Convention dont la Région est partie prenante.

Dont acte.

 

Néanmoins, vous me permettrez quelques remarques :

 

1°- Ce n’est pas la première fois qu’une telle démarche prospective a été engagée à La Réunion.

La Région l’avait initiée, bien en amont du lancement du chantier de la Route des Tamarins.

 

2°- Nous avions procédé de la même manière lorsqu’il s’est agi du tram train.

Avec en plus, des conditions obligeant les entreprises soumissionnaires à embaucher du personnel réunionnais, à faire travailler des entreprises réunionnaises, notamment les petites entreprises.

 

3°- Que, pour l’instant, Pôle emploi ne puisse donner une photographie  de l’emploi (ou plutôt du non emploi) dans le BTP peut se comprendre.

Il faut certainement un peu de temps pour sortir le listing des maçons, des coffreurs bancheurs etc. en quête d’un emploi, tant la liste est longue !

 

4°- Que les entreprises ne puissent, pour l’instant, faire état de leurs besoins de manière précise peut aussi s’expliquer.

Notamment parce que le projet est très mal ficelé.

 

5°- En revanche, que l’on ne fasse pas plus grand cas de celles et ceux qui ont été formés pour la Route des Tamarins, est assez surprenant.

Ces compétences acquises ne vont-elles pas servir ?

Celles et ceux qui ont bâti la Route des Tamarins vont-ils devoir payer une deuxième fois le changement politique :

– une fois à cause de l’arrêt du tram train et

– une deuxième fois, parce qu’ils pourraient ne pas être reconnus comme compétents, pour avoir travaillé sur un autre chantier ?

 

6°- Certes, le chantier de la Route du Littoral se déroulera en mer, et nécessitera probablement des compétences précises.

De cela, personne ne peut douter.

Mais tout n’est pas en mer.

Et sans être spécialiste dans le BTP, certains gestes, certains savoir faire sont mobilisables.

 

7°- Mais faut-il des compétences précises pour les autres chantiers :

La modernisation des aéroports, par exemple ?

Et bien sûr pour le Trans Eco Express.

Faut-il vraiment des compétences qui n’existent pas à La Réunion pour réaliser ces infrastructures ?

Là, elles sont totalement terrestre ! Elles ne sont pas non plus comparables à la réalisation de ces ouvrages exceptionnels qui ont jalonné la route des Tamarins.

 

8°- Et lorsque le préfet regrette qu’une telle démarche d’anticipation n’ait pas été mise en place pour la centrale EDF du Port, il y a là comme qui dirait une grosse lacune d’information coté préfet.

Pour autant qu’on le sache, c’est bien l’État qui est à l’origine de cette programmation et de cette construction.

Qu’est-ce qui empêchait donc l’État de procéder au recrutement de compétences réunionnaises ? Il lui manquait peut-être l’adresse de Pôle emploi.

 

Article vu 3 891 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Grands chantiers régionaux : quand la mémoire flanche…

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    ceux qui ont travaillé sur la route des Tamarins sont compétents. ils ont été formés et ont acquis une expérience certaine. le chantier de la route des tamarins a fait que c’est tout le BTP qui a acquis de nouvelles compétences et une grande expérience
    c’est encore une fois de la poudre aux yeux qui nous est jetée par DR et son équipe

  • EricNo Gravatar |

    Ce n’est que l’opinion d’un oiseau de passage
    comme tous les oiseaux de passage, ces intérimaires de l’administration décentralisée, il ne connaît rien et cause un bon peu.
    mais que font ses services? même pas foutus de lui faire des fiches?
    ou alors, c’est qu’il souhaite aller jusqu’au bout de la provocation. on verra bien comment il va réagir quand il y aura des troubles.
    Peut être pas comme à Mayotte… quoi que ….

  • lolNo Gravatar |

    On sait qu’avant l’arrivée de Didier Robert, rien n’a été fait. La vie commence avec lui… Il faudra certainement former de nouvelles personnes pour la route du littoral parce que le chantier de la route des Tamarins n’est rien à côté de celui de la route du Littoral. Il faudra un diplôme estampillé « Didier Robert »…

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web