Chronique du 3 mai 2011 – La vie en quelques chiffres !

 

13 À 30 MILLIARDS : c’est le coût des catastrophes naturelles pour les assureurs !


Ces 10 dernières années, la France métropolitaine ainsi que les départements d’Outre-mer ont été touchés par 670 événements naturels (fortes tempêtes, canicules, inondations).

 

Ces catastrophes ont coûté plus de 13,65 milliards d’euros, rien qu’en dommages assurés, entre 2001 et 2010.

 

Sur cette période, en tenant compte des biens non assurés, la facture s’élève à 30 milliards d’euros.

 

Mais d’après l’étude d’un cabinet spécialisé dans l’analyse des risques naturels, cette décennie « ne marque pas une augmentation des coûts assurés par rapport à la décennie précédente ».

 

En effet, le coût total des dommages assurés, liés aux catastrophes naturelles, a été estimé à 13,92 milliards d’euros entre 1991 et 2001.

 

6 À 10 MILLIARDS : c’est ce que la France devra trouver en 2012 pour réduire le déficit !


Le gouvernement français devra trouver 6 à 10 milliards d’euros de plus l’an prochain pour réduire le déficit public dans la proportion prévue, estiment les experts de la commission des Finances du Sénat.

 

Ces milliards devront, selon eux, provenir à la fois d’économies et de recettes supplémentaires, et notamment d’une réduction des niches fiscales plus importante qu’annoncé.

 

Cet avis, motivé par des hypothèses de croissance moins élevées que celles du gouvernement, fait écho à celui émis en février par la Cour des comptes.

 

La Cour des comptes estimait alors qu’après 2011

« le déficit et l’endettement publics risquent de s’écarter nettement de la trajectoire prévue si de nouvelles mesures de redressement ne sont pas rapidement prises ».


ET PENDANT CE TEMPS LÀ :


– Le gouvernement a décidé d’épargner cette année l’avantage fiscal accordé aux contribuables aisés investissant dans les fonds de financement des PME, afin de réduire leur imposition sur la fortune.

 

L’avantage fiscal offert par les investissements dans les fonds ISF est maintenu à 50% dans le projet de réforme sur la fiscalité. 

 

Cet avantage est offert aux contribuables investissant dans les fonds d’investissement de proximité (FIP) et les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI).

 

Le projet de réforme qui passera en Conseil des ministres le 11 mai maintient le niveau de l’avantage fiscal pour l’ISF à 50% de l’investissement.

 

Un passage éventuel à 25% voire 22% n’est pas à l’ordre du jour cette année.


3,514 MILLIARDS D’EUROS : le groupe Suez Environnement a dépassé les attentes au 1er trimestre, avec des revenus en croissance de +14,3% à 3,514 milliards d’euros. Le consortium attendait 3,396 milliards d’euros.


2,68 MILLIARDS D’EUROS : Safran a publié des revenus de 2,68 milliards d’euros au 1er trimestre 2011, contre 2,43 milliards d’euros au 1er trimestre de l’année précédente, en hausse de 10,5%.


973 MILLIONS D’EUROS : c’est le chiffre d’affaires du groupe ERAMET en hausse de 23%.

Sa branche Manganèse, la plus importante, a vu son chiffre d’affaires progresser de 14% à 467 Millions d’euros.

Les ventes de sa division de nickel ont bondi de 35% sur un an, à 271 Millions d’euros.


320 MILLIONS D’EUROS : c’est le bénéfice du groupe de distribution en ligne eBay.

Un bénéfice net de 475,87 millions de dollars (320,64 millions d’euros) pour le 1er trimestre, en hausse de 20 % et juste au-dessus des attentes.


Ainsi va le monde de l’argent…

                                                                                                                                                                                                                                                 

Article vu 2 772 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Chronique du 3 mai 2011 – La vie en quelques chiffres !

  • EricNo Gravatar |

    intéressante mise en perspective de ces chiffres
    on nous parle de millions, de milliards, est-ce que cela représente encore quelque chose, quand ont a que le RMI ou le SMIC?
    l’échelle est telle, entre les bénéfices des entreprises et les revenus des familles, que on ne se rend plus compte de la monstruosité de la situation. quand on gagne 800 euros par mois, que l’on parle de 800 millions ou de 8 milliards…. c’est tellement énorme comme rapport !!!

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    @ Eric
    je partage ton avis, l’écart est tellement important que toute représentation de la valeur tend à disparaître.
    ce qu’il y a de révoltant, dans ces chiffres, c’est que cela prouve que la crise n’existe pas pour ces grandes sociétés, puisqu’elles engrangent des bénéfices importants et réalisent des chiffres d’affaires supérieurs aux prévisions. c’est la preuve que notre système économique ne fonctionne plus, qu’il est perverti, pourri, et que évidemment, il faut le changer. la question est de savoir comment on peut opérer ce changement.
    d’accord, il y a la nationalisation. mais cela ne fait pas tout.
    comment faire en sorte de revenir à des valeurs économiques basées sur un projet politique et non répondant à des enjeux et manoeuvres de la haute finance?

  • une reunionnaise en metropoleNo Gravatar |

    moi, ce qui me choque c’est quand on voit le parc des locations de voitures, le choix d’avoir une bonne voiture est restreint sur notre ile, alors il faut payer tres, tres cher.Les modeles on ne les connait meme pas, sauf la clio, et la peugeot 206 je crois.Mais les autres modeles on ne les connait pas.La laguna il faut compter 2000euros pour 4 semaines en location.meme plus.Il y a meme la Citroen K à un prix vachement eleve par jour.
    je pense que les reunionnais, reunionnaises qui viennent en vacances depensent plus que les touristes.en general.sur notre ile.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web