Feuilleton – les dialogues (presque) imaginaires – 15ème épisode

 

Au bar  au petit Nicolas, on ne mange pas de letchis. Ils sont trop chers encore ; mais on met du piment dans les conversations, avant de ne plus manger un grain d’sel ensemble.

 

Patrick Solange : Hé, mon collègue, tu souhaites « élargir le débat ».

 

Pierre Charles Rivière : Principe démocratique oblige : tout le monde à le droit à la parole. Encore faut-il que d’une part, on ait quelque chose à dire et que d’autre part, les propos soient honnêtes et responsables.

 

Ève Émilie Le Vent : Moi qui suis jeune et belle, pas comme vous les politiques, je peux vous dire que l’on ne peut pas tout dire comme ça, il faut réfléchir avant.

 

Patrick Solange : À vent ou avant, ma collègue ?

 

Ulric Michel Payet : Arrête de faire l’idiot, Patrick ! Bien évidemment,  s’engager sur des projets et ne pas les tenir, ce n’est pas très porteur, bien évidemment. De la realpolitik, en quelque sorte ?

 

Ève Émilie Le Vent : Moi qui suis jeune et belle, pas comme vous les politiques, je peux vous dire que la politique du réel, c’est la seule façon de faire de la politique.

 

Pierre Charles Rivière : Toi qui es jeune et belle, pas comme nous, les politiques, tu ne peux pas savoir que la realpolitik est une stratégie politique fondée, non pas sur des a priori idéologiques ou des jugements de valeur, mais sur l’importance économique ou géopolitique des interlocuteurs.

 

Ève Émilie Le Vent : Je pige pas ce que tu dis… 

 

Urbain-Charles Lebeau : Ça ne m’étonne pas, jolie petite demoiselle…

 

Ève Émilie Le Vent : Arrête de faire le beau, UC ! Tu ne sais même pas qu’il est inélégant de dire demoiselle ! Est-ce que je te traite, moi, de damoiseau… de mauvais augure, en plus ?

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, j’adhère totalement ; pas de jugement de valeur ; pas d’a priori idéologique. Du résultat, du concret,  bien évidemment !

 

Patrick Solange : Hé, mon collègue, tu penses que la politique doit privilégier l’efficacité, le concret et le réalisme. Et donc mettre en veilleuse les considérations de principe, d’éthique ou de morale ?

 

Pierre Charles Rivière : Ceci explique cela ; exit les principes de responsabilité, tout est bon pour gagner. L’intérêt personnel avant l’intérêt général.

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, il faut comprendre que c’est la recherche d’alliances qui compte. Si on est tous unis, bien évidemment on gagne.

 

Patrick Solange : Hé, mon collègue, c’est une union à géométrie variable. Il me semble que dans ton parti, ce n’est pas tout à fait comme ça que ça se passe. Tu es exclu parce que tu te présentes à une élection. Mais tu ne peux être réintégré que si tu gagnes. Si tu perds, tu restes dehors.

 

Pierre Charles Rivière : De la realpolitik, avec son brin de machiavélisme… La vision de la réussite à court terme !

 

Patrick Solange : Hé, collègue, chacun pourrait balayer devant sa porte !

 

Daluce Salomon : L’avantage, quand on est au centre, et au centre du centre, c’est qu’on peut s’allier avec tout le monde. Pourquoi un ancien sénateur ne pourrait-il pas s’allier avec un jeune président de région !

 

Patrick Solange : Hé, collègue, voilà qui va faire plaisir à Ève ! Les jeunes confortant les vieux !

 

Urbain Charles Lebeau : Encore faudrait-il que les vieux acceptent ! Et que l’on n’oublie pas les femmes !

 

Patrick Solange : Hé, collègue, voilà à nouveau que tu courtises Ève ! Un repas en tête à tête pour bientôt ?

 

Ève Émilie Le Vent : Moi qui suis jeune et belle, pas comme vous les politiques, cela voudrait-il dire, Patrick, que tu souhaiterais aussi déjeuner avec moi ?

 

Patrick Solange : Hé, collègue, ce serait plus vraisemblable qu’un tête à tête entre Daluce et Urbain-Charles !

 

Pierre Charles Rivière : Quoi que… tout aussi probable qu’un déjeuner en tête à tête tous les deux, Patrick !

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, vous vous amusez. Mais bien évidemment, vous m’oubliez tous !  Et moi, je dîne avec qui ?

 

SILENCE DE PLOMB, CHACUN DEGUSTE SON VERRE

 

Pierre Charles Rivière : Ne soyons pas des alimentaires ! Tu parlais d’union, Patrick. C’est plutôt une question …  d’entente, pour …  l’émergence d’un truc …  moderne, en union ….  avec tous les centres, nouveau, ancien, fédérés, infédérés, invétérés, invertébrés, tu ne crois pas ?

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, vous n’avez qu’en tête que les élections législatives. Regardez : Didi a dit qu’il allait démissionner et il a démissionné. Il a tenu sa parole.

 

Pierre Charles Rivière : Lorsqu’on prend un engagement, on le tient. C’est vrai qu’en politique, je le concède, la parole donnée n’a parfois plus de sens. Certains n’hésitent pas à virer la mok. Ça me rappelle quelqu’un qui disait qu’il était normal que les allocataires du RSA travaillent.

 

Patrick Solange : Hé, collègue, ça me rappelle aussi la position de certains sur les sociétés d’aménagement ; on veut que tout le monde travaille ensemble, mais il faut sélectionner ce tout le monde. Quelle fraternité !

 

Daluce Salomon : Il y a peut être des urgences plus urgentes.

 

Pierre Charles Rivière : Comme les assises de l’urgence sociale ? Il y avait eu pourtant un engagement.

 

Patrick Solange : Hé, collègue, ça me rappelle un autre engagement. Ulric Michel, dis-moi, on n’a pas entendu tes collègues faire le bilan de votre fumeuse semaine de l’engagement.

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, heu, heu, heu…. Bien évidemment, heu, heu… je ne manquerai pas de communiquer sur cela, bien évidemment, quand ce sera le moment, bien évidemment. J’ai des pertes de mémoire. C’est comme ça en politique, mais pas seulement chez moi… c’est un peu partout pareil.

 

Pierre Charles Rivière : Ce n’était pas comme ça avant. C’est vrai qu’il n’y avait rien à gagner… il y avait une chose à préserver : l’Honneur !

 

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits existant ou ayant existé est fortuite… mais… mais quoi ? Chutttt…

 

Article vu 2 503 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Feuilleton – les dialogues (presque) imaginaires – 15ème épisode

  • TipimanNo Gravatar |

    la ressemblance est fortuite mais ô combien …. imagée !!!!!

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web