Tribune libre – De l’urgence de mettre la question sociale au coeur du combat idéologique et politique (1)

 

   Je voudrais partager avec vous un appel lancé par un ami, Jean-Claude Mairal, responsable du Parti Communiste Français, vice-président de la Région Auvergne, appel relatif à la nécessaire mobilisation de la population à manifester son inquiétude de l’avenir dessiné par le Gouvernement, sa colère devant les injustices sociales, et son espoir dans la lutte pour changer de politique.

 

Cela concerne la situation en France continentale, mais tant de choses nous ressemblent, et tant de choses nous rassemblent !

 

Cet appel, assez long, sera présenté en plusieurs parties. Alors, bonne lecture !

  

IL EST URGENT DE METTRE LA QUESTION SOCIALE AU COEUR DU COMBAT IDÉOLOGIQUE ET POLITIQUE

 

Loin de moi, dans les propos qui vont suivre, de nier l’importance des questions environnementales pour l’avenir de la planète et de l’Humanité.

 

Il faut naturellement prendre celles ci à bras le corps.

 

Mais il est une question explosive et déstabilisatrice pour nos sociétés qui a trop longtemps été occultée – car elle remet fondamentalement en cause le système économique dominant, le capitalisme – c’est la question sociale.

 

-UNE SITUATION SOCIALE EXPLOSIVE

 

Que l’on m’excuse pour l’énumération qui va suivre, mais elle est nécessaire pour comprendre et mesurer l’état dans lequel se trouve notre pays, et donc l’effort considérable qu’il faudra mettre en oeuvre pour juguler les maux qui gangrènent notre pays et qui ont pour nom pauvreté, exclusion, inégalités, chômage, précarité, etc:

 

– 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté ;

– 2 millions de travailleurs vivent dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté ;

 

– 18% des jeunes de 18 à 29 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté ; 

– 15% des ménages d’immigrés (22,6% pour ceux originaires du Maghreb) vivent en dessous du seuil de pauvreté contre 6,2% pour l’ensemble des ménages ;

 

– Plus de 4 millions de personnes sont au chômage ou vivent de petits boulots ; 

– 3 millions de travailleurs sont sous statut précaire ;

 

– 17% des emplois sont à temps partiel le plus souvent subi par un grand nombre de personnes ;

– 25% des jeunes actifs de 15 à 24 ans sont au chômage ;

 

– 17% des jeunes actifs sont en CDD (hors contrats aidés) ;

– Le chômage est 2 fois plus élevé dans les quartiers des zones sensibles (ZUS 16,9%) que dans les autres quartiers (7,7%) d’une même agglomération.

 

Dans ces quartiers les 15 à 24 ans sont les plus touchés, notamment les hommes, puisque le chômage frappe 41,7% de cette classe d’âge ;

 

– En 2009, ce sont 256 000 emplois qui ont été détruits. Jamais une telle destruction d’emplois n’avait eu lieu depuis l’après guerre ;

– Dégradation des conditions de travail, stress et suicides dans les entreprises ;

 

– 100 000 SDF ;

– 3 513 190 de personnes sont mal logées ;

 

– 37,5% des jeunes de 15 à 29 ans (une majorité de jeunes d’origine ouvrière) sont sans diplôme ou ont seulement le brevet ;

– Alors que les ouvriers et employés représentent plus de 50% de la population française et que leurs enfants sont majoritaires en 6éme, ces derniers ne sont plus que 16% à intégrer les grandes écoles ;

 

– L’immense majorité des cadres partent en vacances contre moins de la moitié des ouvriers ;

– Seul 34% des enfants d’ouvriers partent en vacances ;

 

– L’écart entre les rémunérations des salariés les moins payés et les plus payés va de 1 à 200 alors qu’il était de 1 à 20 en 1972 ; 

– Des grands patrons, des footballeurs et certains sportifs, des vedettes du cinéma et de la chanson gagnent chaque année des millions d’euros ;

 

– Majoritaires dans le pays, les ouvriers et les employés ne sont quasiment plus représentés au Parlement, dans les Conseils régionaux et généraux, dans les villes ;

 

– Etc,etc.

 

Jean Claude Mairal


Article vu 1 990 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

7 Commentaires sur

Tribune libre – De l’urgence de mettre la question sociale au coeur du combat idéologique et politique (1)

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    Depuis des décennies, les gouvernements successifs ont eu une politique élitiste, basée sur la satisfaction des intérêts de l’artistocratie financière: à la liste de Mairal, on peut rajouter : la baisse des remboursements des médicaments, les augmentations quasi inexistantes des prestations sociales et du SMIC, la concurrence même au sein de l’enseignement supérieur avec l’autonomie des universités,
    Sans compter les attaques répétées aux principes fondamentaux de liberté, (celle de la presse, par exemple où tous ceux qui dérangent sont virés) d’égalité (puisque tout système est basé sur le pricipe de la concurrence, les jeunes dans les banlieues, les handicapés rejetés par la suppression des mesures di’nsertion ou l’annulation de prestations sociales), de fraternité (ce qui se passe maintenant contre ceux dits d’origine étrangère)
    Réveillons-nous. Tous solidaires des actions du 4 septembre, tous dans la rue le 7 septembre

  • gabriellaNo Gravatar |

    Sarko et son équipe ont instauré le bouclier fiscal. Le mot n’est pas innocent. Un bouclier, ça sert à protéger. Quelques familles ont ainsi eu droit au remboursement de plusieurs dizaines de millions en crédit d’impôts. Et des milliers de retraités qui ont trimé, sué sang et eau, se sont privés toute leur vie, aujourd’hui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Demain, ils seront encore plus nombreux. Des milliers de ménages devront vivre avec les quelques centaines d’euros. C’est une injustice sociale monstrueuse. C’est un délit grave pour ne pas dire un crime contre la société. Alors, pour boucher les yeux, Sarko a décidé de détourner l’attention de tout un chacun par les moyens que l’on sait.
    Alors, tous dans la rue le 7 septembre.

  • citoyenne lambdaNo Gravatar |

    A t on déjà vu un tel déchaînement d’insanités, d’attaques contre des fondements mêmes de la République, de la citoyenneté, de la nationalité française, du droit à la différence, du droit tout simplement ?
    Le chemin que prend Sarko est éminemment dangereux. Parce qu’il ouvre la voie à la guerre civile. A la haine entre citoyens. Mais si nous revenions à nos fondamentaux à nous : la lutte des classes.

  • ArsinoéNo Gravatar |

    Nous sommes au bord du chaos social. Et ce n’est pas simplement du fait « de la crise ». Le mal est beaucoup plus profond. Toute la politique du gouvernement ne repose que sur un seul principe et va dans un seul objectif : établir un pouvoir fort et autoritaire, basé sur la répression et l’injustice sociale.
    Depuis le début de son quinquennat, Sarko ne vise qu’une chose : l’appauvrissement des plus pauvres (des emplois de plus en plus précaires, des salaires gelés, des suppressions de poste dans la fonction publique, des licenciements en pagaille, des hausses tous azimuts, amoindrissement des prestations sociales) ; avec son corollaire : l’enrichissement des plus riches par les crédits d’impôts, le bouclier fiscal, la défiscalisation etc. etc. etc.
    Le renforcement du diktat des grandes entreprises est gigantesque : casse du droit du travail, réforme des retraites, restriction de toutes les libertés… afin que leurs bénéfices soient revus à la hausse, comme ceux des banques, des traders que l’on n’essaie même plus de rechercher, des paradis fiscaux que l’on fait mine d’identifier, en accordant des bons points à ceux qui font mine d’être vertueux…
    La prochaine étape : c’est un nouveau mai 68 ou un nouveau front populaire ?

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    @Arsinoé
    OUi à un nouveau mai 68.
    OUI à un nouveau front populaire.
    Ce ne serait que positif.
    Mais il y a également un autre risque, une autre conséquence, plus grave. Car dans l’histoire, les gouvernements ont pris appui sur des phénomènes économiques graves pour s’installer durablement. Les crises économiques ont engendré la violence, la haine, et la guerre.
    Sarko crée les conditions pour une implosion non seulement à l’intérieur même de la France, mais, à moyen terme, à l’intérieur de l’Europe. Voir les années 40 en Allemagne…

  • citoyenne lambdaNo Gravatar |

    Pour garder toute son « autorité », ce gouvernement emploie les vieilles ficelles de la peur, des peurs. Peur de l’avenir, peur de l’autre, la liste des peurs suscitées sciemment par ce gouvernement est longue.
    Quand on a peur, on est parfois en situation de faiblesse. Quand un gouvernement de la lignée idéologique de celui qui trône actuellement en France sent que ses concitoyens sont déstabilisés, il en profite pour accentuer son arsenal répressif. Il se pare dans le même temps du manteau vertueux du sauveur, du héros qui à lui seul peut sauver tout le monde et le monde entier.
    Sarko manie habilement les deux : la répression, la restriction aujourd’hui, pour entraîner la dépendance, la soumission ; dans quelques mois, il sortira la carte « planche de salut ». Le message sera clair : sans lui, aucune chance de s’en sortir. Et on sera près de 2012.

  • ArsinoéNo Gravatar |

    @citoyenne lambda
    Effectivement, il y a un risque pour que Sarkozy soit, dans quelques mois, vu comme le sauveur, l’homme fort, celui qui protège.
    A nous de garder en tête tout ce qui s’est passé depuis son élection, souvenons-nous :
    qu’il n’a aucunement participé à la lutte contre les changements climatiques,
    qu’il n’a pas brillé lorsqu’il était à la présidence de l’UE,
    qu’il n’a pas préservé l’économie des effets néfastes de la mondialisation,
    qu’il a accentué la misère surtout chez les plus pauvre
    qu’il a accentué la richesse des riches
    qu’il n’a jamais agi contre la corruption
    qu’il a fait modifié la constitution pour ne pas être atteint
    qu’il a fait réformé le code pénal pour plus de répression
    qu’il veut supprimer le juge d’instruction pour mieux emprisonner
    qu’il aime les yachts et veut un avion tout confort
    j’arrête là cet inventaire à la Prévert… la liste est trop longue pour un simple « post »

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web