Tribune libre – De l’urgence de mettre la question sociale au coeur du combat idéologique et politique (5)

 

   Je voudrais partager avec vous un appel lancé par un ami, Jean-Claude Mairal, responsable du Parti Communiste Français, vice-président de la Région Auvergne, appel relatif à la nécessaire mobilisation de la population à manifester son inquiétude de l’avenir dessiné par le Gouvernement, sa colère devant les injustices sociales, et son espoir dans la lutte pour changer de politique.

 

Cela concerne la situation en France continentale, mais tant de choses nous ressemblent, et tant de choses nous rassemblent !

 

Cet appel, assez long, sera présenté en plusieurs parties. Alors, bonne lecture !

 

LA RESPONSABILITÉ DE CHAQUE CITOYEN EST ENGAGÉ

 

Il est temps pour chaque citoyen de regarder la réalité en face, d’exiger le respect de la Constitution et des textes internationaux signés par notre pays en faveur des droits humains, et d’agir pour sortir de la spirale infernale des inégalités sociales, fruit d’un capitalisme prédateur et mondialisé et des politiques libérales de l’Union européenne de mise en concurrence des territoires qui mènent notre pays et la planète à des tensions et des confrontations qui seront d’une extrême gravité pour tous.

 

Chacun doit se dire : « il n’y aura pas d’avenir positif pour ma famille et pour moi si nous continuons à vivre au plan national et mondial dans un univers de désespérance pour le plus grand nombre ».

 

Mais cette prise de conscience individuelle, absolument nécessaire, doit aussi s’accompagner d’une mobilisation unitaire des forces de la transformation sociale.

 

 LA RESPONSABILITÉ MAJEURE DE TOUTES LES FORCES DE LA TRANSFORMATION SOCIALE, POLITIQUES, SYNDICALES ET ASSOCIATIVES

 

En effet face à une situation économique, sociale et politique aussi désastreuse, il est  indispensable que toutes les forces politiques, sociales, syndicales, associatives, etc., qui se reconnaissent dans les valeurs de justice, de solidarité, de dignité humaine, d’égalité, d’équité, de laïcité, de citoyenneté, de paix et de coopération, se retrouvent pour construire du commun dans la riposte, mais aussi une politique alternative au libéralisme.

 

L’heure étant grave, il est temps de sortir de l’esprit de « chapelle », de cette atomisation des forces de la transformation sociale mortifère pour notre démocratie.

 

La politique ne doit pas être que l’affaire des partis politiques.

Au sens étymologique du terme, politique signifie « l’organisation de la Cité ».

Ce n’est que dans notre monde contemporain que ce terme est devenu plus restrictif, prenant le sens de « pratique du pouvoir ».

 

Redonner ses lettres de noblesse et toute son efficacité à la politique ne pourra se concrétiser que si chacun, partis politiques, syndicats, associations et simples citoyens, prend toute sa place dans son élaboration et sa mise en oeuvre au service de l’intérêt général.

 

Jean Claude Mairal

 

 

Article vu 1 332 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

4 Commentaires sur

Tribune libre – De l’urgence de mettre la question sociale au coeur du combat idéologique et politique (5)

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    Le gouvernement veut créer le chaos social. Il a pris la bonne voie pour y arriver. L’objectif final : mettre en place un pouvoir fort et autoritaire, qui fonctionne sur deux pieds : la répression policière et l’injustice sociale.
    En créant artificiellement un climat d’insécurité, il crée en même temps les conditions lui permettant l’accroissement de la répression. Avec un savant tripatouillage des statistiques, assorti d’une campagne médiatique intense, il va apparaître comme étant l’homme de la situation.
    En appauvrissant les plus démunis et en enrichissant les nantis, il renforce cette société à deux vitesses qu’il disait, au début de son mandat, vouloir combattre. Cet appauvrissement, il va le faire porter aux collectivités locales, il n’en sera pas responsable. Dans le même temps, il agitera quelques mesurettes (du style, réprimander les pays d’évasion fiscale), afin de dire : vous voyez, j’agis pour votre bien, mais ce sont les autres qui sont les méchants.
    Dans les deux cas, l’objectif est de permettre sa réélection en 2012.
    ne nous laissons pas berner, mobilisons-nous

  • MialyNo Gravatar |

    Vouloir que toutes les forces notamment politiques « se retrouvent pour construire du commun dans la riposte, mais aussi une politique alternative au libéralisme » et en soi tout à fait louable, et j’aimerai qu’on y arrive.
    Seulement, à la tête des partis politiques, il y a des femmes ou des hommes qui ont des stratégies beaucoup plus sectaires. croyez-vous qu’au PS on soit prêt à travailler d’égal à égal avec le NPA ou les Verts?

  • ArsinoéNo Gravatar |

    Ah, la stratégie de Lisbonne… où comment l’Europe tente de faire face à la mondialisation… en employant, vous avez raison, les vieilles méthodes capitalistes et libérales
    la mise en concurrence des territoires comme réponse à la volonté d’égalité de ces territoires… voilà une belle idée !!!
    tout cela approuvé par notre gouvernement, assez inféodé à l’Europe, car c’est à la fois un parapluie (cf. la question des roms) et un arrosoir (cf. la PAC)
    Cette Europe-là n’est pas celle qu’on aurait aimé

  • EricNo Gravatar |

    Vaste chantier que de redonner ses lettres de noblesse à la politique et aux politiciens. les exemples récents : affaires (à mettre au pluriel) Woerth, les abus de pouvoirs, les passe-droits… tout cela ne contribue pas à créer un climat de confiance entre population et élus
    Vrai en France mais tout aussi vrai à La Réunion et c’est là que chacun de nous à un rôle à jouer

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web