Courrier de lecteur – La vie d’un policier Réunionnais en Métropole

 

   Un ami, Idriss R., m’a fait part de son souhait de voir publiée sur mon blog la lettre très explicite sur la vie de Réunionnais souvent obligés de quitter leur île pour trouver un emploi.

Cette lettre est très émouvante, et argumentée ! Je vous la livre in extenso. Bonne lecture !

 

______________________________________________________ 

1/ Savoir qu’il faut venir, mais le vivre !

______________________________________________________

 

Pour devenir policier, il faut être reçu à un concours que tu passes dans ta région, et pour les réunionnais, ils le passent sur leur île natale. 

Après être reçu il faut aller en école de police en Métropole, et être affecté sur le territoire métropolitain à l’issue.

  

Il n’y a pas de poste pour l’ile de la réunion en sortie d’école.

Ce que l’on ne sait pas, c’est qu’on est parti pour 10 à 12 ans minimum, loin de son île.

 

Après avoir fait toute sa vie à la Réunion, entouré de sa famille, dans son cocon, on se retrouve seul et pas accompagné.

  

______________________________________________________ 

2/ L’éloignement

______________________________________________________


Quitter son ile, et faire 10 000 km pour trouver du travail, n’est pas chose aisée lorsqu’on n’y est pas préparé psychologiquement et financièrement.

On arrive dans une nouvelle atmosphère, une nouvelle ambiance, de nouvelles températures, de nouvelles mentalités.

 

L’environnement n’est pas adapté à une personne qui a vécu toute sa jeunesse sur une ile et surtout pour celui qui n’a pas de famille ou d’entourage proche sur place.

 

______________________________________________________ 

3/ Les évènements familiaux

______________________________________________________


À la Réunion les gens sont très famille, donc très entourés.

Chaque évènement est très important pour son équilibre.

 

Il y a souvent un mariage, un baptême, un anniversaire, une cérémonie religieuse, une occasion pour réunir la famille et se retrouver.

Lorsqu’on est à 10 000 km, il faut faire une croix sur tout cela.

 

Et je ne parle pas de décès et de maladie dans la famille. Beaucoup de compatriotes le vivent très mal.

 

______________________________________________________ 

4/ Congé bonifié / Repos

______________________________________________________


L’administration a une seule réponse à cela, c’est les congés bonifiés.

 

Aussi il faudrait que sa famille puisse organiser ces différents évènements lors de son retour sur l’ile.

Sinon pour y aller, il te faut débourser au minimum 800 euros pour voir les siens. Mais aussi prévoir au minimum 05 jours de congés, si tu veux retrouver ta famille.

  

Alors que pour un métropolitain, il lui suffit de prévoir avec la SNCF pour le prix du billet et de trois heures de trajet, pour être chez lui.

 

______________________________________________________ 

5/ Mutation

______________________________________________________

 

Alors, il me reste la mutation.

Mais là encore des soucis en perspective.

 

Pour être muté à l’Ile de la Réunion, il faut compter 10 à 12 ans en Métropole, avant d’espérer que son dossier soit à peu près au dessus de la pile.

Il y a une grosse différence entre le nombre de réunionnais réussissant le concours, et le nombre de demandes de mutation.

 

Notre ile est-elle trop attractive ? Là, c’est un autre souci.

Mais le gros problème c’est le système de mutation qui est à revoir.

 

Aujourd’hui un ancien sera muté avant celui qui aura fait des demandes depuis des années.

C’est-à-dire, une personne parce qu’il aura une ancienneté administrative supérieure à une personne qui a toujours demandé l’ile de la Réunion, sera muté avant celui-ci.

 

Il aura suffit qu’il ait une révélation, qu’il aura regardé une émission et qu’il soit tombé sous le charme, ou tout simplement une envie, alors il fera la demande de mutation, et il partira avant celui qui tout au long de sa carrière a demandé le poste en mutation.

Avec les chances qu’il ne s’y plaise pas, qu’il ne s’adapte pas, et qu’il demande à retourner en métropole.

 

Et pour couronner le tout, il y a ceux qui refusent la mutation pour X raison, et là le poste est perdu.

Un réunionnais qui veut rentrer chez lui, n’a qu’un seul choix, c’est SATPN REUNION, sinon c’est rien d’autre.

 

Alors que quelqu’un qui est du sud, du nord, ou toutes autres régions françaises, pourra soit demander sa région de naissance ou se rapprocher au maximum en demandant la ville ou le département voisin.

Ce qui n’est pas le cas d’un réunionnais, il n’a pas cette chance.

 

______________________________________________________ 

6/ Avancement de carrière

______________________________________________________

 

Dans la police, comme dans tout autre métier, celui qui veut évoluer, peut le faire soit en élargissant ses compétences, soit en montant de grades.

Mais devant lui se dresse un problème de taille.

 

Si on élargit trop ses compétences, on risque de se trouver bloqué parce que les postes n’existent pas, ou les places sont chères ou prises sur place.

Et lorsqu’on monte de grade on se retrouve bloqué ici en Métropole, et les demandes de mutation sont repoussées.

 

Alors que fait on ? Soit resté à sa place et lorsqu’on arrive à la Réunion, on est les derniers et les tous petits.

Ou soit on s’élève et on reste bloqué en métropole.

 

______________________________________________________ 

7/ Vie de couple

______________________________________________________

 

Beaucoup de réunionnais arrivent jeunes en Métropole.

Après s’être installé, il souhaite fonder une famille, et investir dans un logement.

 

Mais là encore, le réunionnais est confronté à un autre souci.

Il est entre sa femme qui n’arrive pas à s’adapter, qui ne veut pas venir en Métropole, qui a des problèmes de santé.

 

Seul sans famille, et ayant perdu ses repères, le couple ne tient pas.

Beaucoup ne peuvent pas ou ne veulent pas avoir d’enfant, de peur de ne pas y arriver et celui qui a des enfants, se trouve également dans une situation délicate.

 

Les enfants grandissent, et beaucoup ne veulent pas aller vivre sur la terre de ses parents, de peur de perdre ses repères.

Alors les parents se retrouvent contraint à rester ici en métropole, loin des ses origines.

 

______________________________________________________ 

8/ Retour en vacance

______________________________________________________

 

Aussi pour ne pas perdre contact avec les siens, il y a les vacances.

Mais lorsqu’on arrive sur place, on est considéré comme un touriste ou un étranger de passage.

 

On est reçu par la famille comme un expatrié et non comme celui qui petit ou plus jeune était celui qui était des leurs.

La famille ne nous voit plus de la même façon.

 

Les petits ne nous reconnaissent pas ou plus.

Et le fossé se creuse de plus en plus suivant le nombre d’année passé en exil.

 

De plus lorsqu’on est muté, on est mis à part, et la réintégration dans le noyau familial se passe souvent mal.

Aujourd’hui on nous parle de continuité territoriale, d’intégration des jeunes réunionnais vers le monde extérieur, mais a-t-on pensé au devenir de ces jeunes ?

 

Nos jeunes quittent l’ile pour apprendre, mais y a-t-il une place pour eux à leur retour ?

On parle de préférence régionale, mais combien attendent de rentrer et se voient passer devant eux des personnes qui n’ont d’autres ambitions que de profiter du système ?

 

Notre culture risque de se perdre et ne pourra survivre que si nos jeunes pouvaient revenir et apporter leur savoir faire, partager leurs expériences.

Pour y retourner, il nous reste la démission, trouver une place en Police Municipale, ou un drame humain.

                                  

Article vu 5 763 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

26 Commentaires sur

Courrier de lecteur – La vie d’un policier Réunionnais en Métropole

  • AndrunNo Gravatar |

    L’auteur de cette lettre a malgré tout un emploi assuré déjà la-bas. Ce qu’il serait bon c’est de savoir combien de réunionnais sont dans cette situation, tant pour ceux qui ont un emploi comme pour ceux qui n’en ont pas et qui voudraient revenir et qui ne peuvent pas.
    Il serait intéressant aujourd’hui de savoir des réunionnais se trouvant en France : leur nombre, leurs professions publiques ou privées.
    Car leurs cas ne doit pas être considérés seulement lors de leurs départs : bumidom, reussites aux concours, mobilité, etc…

  • rangassamy idrissNo Gravatar |

    D’accord qu’il ait un travail là-bas, mais lorsqu’il a passé le concours, c’était avant tout dans l’espoir de revenir chez lui, parmi sa famille. L’administration lui a jamais dit qu’il serait parti pour 10 à 15 ans. Il y en aurait beaucoup qui n’aurait pas passé le concours dans ces cas là . Ici on est à peu près 2000 fonctionnaires qui voudraient rentrer chez eux. La mobilité c’est bien, mais y retourner c mieux. Combien de créoles ont les compétences pour diriger, encadrer, ou même faire le simple boulot, mais qui sont bloqués par l’administration. Combien créole néna à la tête d’une administration, à la tête d’une équipe, d’une brigade, etc…. La pu créole couillon, mais on se fait toujours avoir par l’administration. Alors maintenent il faut arrété avec tout cela et aide à nous à retourne chez nous.

  • FRANCO AntoineNo Gravatar |

    Ce récit de vie prouve qu’une vraie continuité territoriale pour tous est un Droit pour lequel il eut fallu que les forces politiques sensées se battre pour les plus faibles, pour l’égalité économique et de citoyenneté française et européenne, le fassent vraiment. Les dirigeants détenteurs de mandats électifs ont , eux, leur continuité territoriale assurée à volonté grâce à l’argent public des impôts de leurs concitoyens. Dès lors ils ne manifestent aucun zèle pour la continuité territoriale pour tous comme les Corses.

  • AndrunNo Gravatar |

    @rangassamy idriss, Alors maintenant il faut arrêter avec tout cela et aide à nous à retourner chez nous. La dernière phrase de votre commentaire comporte deux éléments essentiels à l’élaboration de vos ou de nos désidératae .
    1/ »Alors maintenant il faut arrêter avec tout cela  »
    il faudrait que tout réunionnais, tant dans l’hexagone qu’ici, rentre en résistance face à toutes mesures administratives injustes et discriminatoires.
    2/ « aide à nous à retourner chez nous », ce n’est que par devoir de solidarité que le rassemblement des réunionnais de par sa mobilisation finira par être entendu.
    Pas avec une seule journée de grève comme celle que nous venons de vivre contre la réforme des retraites. C’est pire que perdu, c’est enterré d’avance.
    « Aide à nous », le fait de le dire face à nos dirigeants les poussent à ne pas le faire, puisque dans leur pensée ils nous sous-estiment dans notre responsabilité.
    Prends courage et ne perds pas patience, surtout.

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    @Antoine Franco
    Comme toujours, vous détournez le problème: ce que cet homme dénonce, ce n’est pas l’absence de vraie continuité territoriale, c’est la tricherie menée par l’Etat sur le retour au pays. Un retour qui avait, d’après ce que dit cet homme, été promis. Or ce n’est pas le cas. Et c’est l’Etat lui même qui met des bâtons dans les roues pour ce retour.

  • PalhumourNo Gravatar |

    @Franco
    youpi, on va faire comme en Corse, faire péter des bombes.
    Problème: c’est que maintenant, comme le port de la burqa est interdit, on ne peut plus se promener cagoulés…

  • ArsinoéNo Gravatar |

    @Idriss
    Question intéressante: comment arrêter tout cela?
    cela voudrait-il dire une plus grande autonomie de gestion pour La Réunion?
    cela voudrait-il dire que, quel que soit le domaine, La Réunion doit toujours être traitée de façon différente?
    cela voudrait-il dire qu’il faut couper les flux migratoires depuis la métropole?
    un vrai débat à engager

  • ArsinoéNo Gravatar |

    @Andrun
    à quels dirigeants faites-vous allusion? aux dirigeants réunionnais? pourtant la question du retour au pays – et plus récemment du non départ de jeunes enseignants – a été évoquée par les parlementaires (comme Mme Bello) ou par d’autres élus.
    je crois que ce n’est pas à La Réunion qu’il faut chercher les responsabilités, mais plus haut…

  • ArsinoéNo Gravatar |

    @ Franco
    Depuis quand la continuité territoriale est-elle de la compétence des élus locaux: région, département?
    LA CONTINUITE TERRITORIALE EST UNE COMPETENCE D’ETAT;
    en dénonçant systématiquement les élus réunionnais,vous ne contribuez en rien à faire évoluer la situation pour une vraie continuité. en dénonçant ces « abus » de toutes sortes, vous lancez le message suivant: les élus locaux sont des incapables, seul le pouvoir central de France est compétent.
    chacun appréciera

  • Tcherno-BillNo Gravatar |

    on entend JAMAIS franco ( totalement hors-sujet ici par ailleurs ) critiquer la politique d’aide aux billets d’avion mise en place par DR !
    ce système consiste à faire payer 50% de la dépense d’aide pour la continuité territoriale par la région c’est à dire par..les intéressés eux-mêmes ! quand aux 50% que l’Etat devrait assurer , ils sont passés où ?..cadeau à sarko !

  • luciano CoisserNo Gravatar |

    Bsr je suis aussi gardien de la paix en metropole en plus je travaille à Paris. Je suis du même avis que mon collegue idriss rangassamy, On veut rentrer chez nous et travailler à La Réunion. D’abord on passe des concours pour réussir dans la vie, nourrir sa famille et vivre heureux. Mais une fois qu’on a atteint 10 ans de police parisienne on se pose des questions. Lorsque qu’on rentre à la reunion pour 3 semaines en juillet ou 2 semaines en décembre pour passer noël en famille, on se dit qu’on a raté un truc. On se dit que je ne suis pas propriétaire c’est trop cher dans la region parisienne, ma famille s’est agrandi et en plus on a des neveux et nièce qui nous appellent « tonton » qu’on ne connait meme pas, alors là c’est le choc.
    La france change un réunnionais et le transforme en une personne que je n’aime pas du tout. On devient égoiste.
    Je trouve qu’il manque cette solidarité réunionnaise qu’on ne retrouve qu’à La Réunion et ce coté famille.
    Petit message Messieurs les politiciens faites quelque chose pour ces policiers enterrés en metropole, oui j’emploie ces termes car pour rentrer dans la police c’est facile ya de la pub partout, des concours partout mais on ne voit jamais le chemin retour pour la réunion.
    Un policier qui en a marre de la métropole et qui rêve d’effectuer une patrouille de police avec ses copains et collègues reunionnais à saint andré, saint denis saint pierre et non pas à république à Paris 03e ou en seine saint denis

  • rangassamy idrissNo Gravatar |

    Dans ce courrier je ne critique pas les élus locaux, je leur soumet l’idée de défendre une cause commune. Il y a tant de réunionnais en france, qu’il soit de droite ou de gauche. Il faudrait là, pouvoir se réunir autour d’une table et soulever le problème, un problème local, dont souffre de nombreuses familles réunionnaises. Il faut monter un vrai projet pour exprimer notre spécificité. Il faudrait dans un premier temps faire un boulot d’information pour expliquer aux jeunes qui vont passer les concours que c est pour 10/15 ans en métropole, calquer les besoins sur l’offre, permettre aux originaires de rentrer dans des délais raisonnables, avoir un suivi des expatriés, facilité pour ceux qui le veulent , la possibilité de revenir en vacances dans leur ile assez régulièrement à des prix abordables, afin d’éviter de perdre ses racines et sa culture. Il y a des solutions pour corriger ce mal être, mais il faut se montrer un peu plus solidaire, et combatif.

  • rangassamy idrissNo Gravatar |

    Comment faire pour que l’on soit entendu ? Comment faire réagir l’administration ? Est ce qu’il y a quelqu’un qui s’y connait bien en droit administratif ? Nous avons des solutions mais il nous faudrait des réponses juridiques pour monter un vrai projet de réforme. Comment les métropolitains ont ils réussi, certains, à se faire fidéliser à la Réunion ? Pourquoi dans l’éducation nationale, les profs originaires de la Réunion ont ils un avantage par rapport aux métropolitains ? Les réponses à ces questions pourraient résoudre pas mal de problèmes rencontrés par les réunionnais !

  • rangassamy idrissNo Gravatar |

    Mi compte sur zot intéressement pou fait bouge les choses.hésite pas laisse des commentaires et fait circule la parole, nou la besoin de tout le monde.

  • LuigiNo Gravatar |

    Bonjour à tous,
    Je suis moi même gardien de la paix sur paris depuis bientôt 6 ans et je pense exactement comme idriss.
    Tous les collègues Réunionnais dans le classement des mutations font le YOYO sans arrêt parce que des collègues métro demandent notre ile en général pour la première fois et obtiennent satisfaction du fait de leur ancienneté.
    Mon intention n’est pas de monter les collègues réunionnais contre les collègues métropolitains que je respecte d’ailleurs mais je pense que l’on devrait procéder comme le dit idriss comme le ministère de l’éducation nationale.
    J’aime le métier que je fais mais j’aime aussi ma famille et je voudrais voir mes parents vieillir et mes neveux et nièces grandir.
    Pour beaucoup de nos compatriotes, un réunionnais sur paris c’est comme une plante qu’on aurait placé dans un pot de fleur, impossible de planter ces racines dans la terre, car la terre de nos racines se trouve à 10000 km.
    Lorsque l’on est sur paris, on ne peut pas se permettre d’acheter dans la pierre sauf si on achète pratiquement en province et que l’on met deux heures pour rentrer chez nous le soir. Le problème étant que lorsque l’on sera muté comme pour moi dans environ dix ans et que j’aurai dans les 45 ans, quelle banque voudra bien nous accorder un crédit pour que nous puissions acheter une maison.
    Je pense que la métropole ça forme le policier pour sa carrière et surtout paris mais faire tout sa carrière ici je le conçoit très difficilement et pourtant c’est ce qui nous attend.
    Tout ce que je peux dire c’est bienvenu au nouveaux collègues réunionnais et surtout courage.
    Je connais des collègues qui ont abandonné au bout de quelques années et d’autres même qui malheureusement n’ont pas tenu le choc et je voudrais dire au nouveaux collègues qu’ils ne sont pas tout seul.

  • grondin jbNo Gravatar |

    je suis d’accord avec mon amis et collègue Idriss.
    La vie d’un policier réunionnais en métropole n’est pas de toute gaité. Entre les congés et les décés le retour sur notre ile n’est pas fréquent et surtout chère, il faut faire bouger les choses

  • mickaelNo Gravatar |

    Salut à tous
    Je suis également un réunionnais déraciné pour qui l’envie de retrouver son ile est plus intense de
    jour en jour.
    Il faut que les choses changent, qu’on nous laisse retrouver nos proches, notre culture et le milieu dans lequel on a tous grandi afin de pouvoir s’épanouir en toute sérénité.

  • Balbine YNo Gravatar |

    Bsr,je suis également d’accord sur le fait qu’il ne faut pas rester là à ne rien faire. A nous de montrer à l’administration que nous sommes présents et qu’on est capable de se mobiliser pour une cause qui me semble être primordiale et indispensable pour notre futur et le futur de nos enfants.
    Kome i di mémé, biento sera bande zoreil va monte a nou komen i fo fé kui un rougail saucisse.
    Alé nar vu.

  • schneider jean lucNo Gravatar |

    Cher Idriss,
    Je trouve ton témoignage très touchant car sans haine et avec beaucoup de pudeur. « zoréole » depuis 1969 j’ai grandi ici et sans y etre né j’ai vécu cet exil forcé pour trouver du travail (gendarmerie) et ne suis revenu (jeune retraité qu’au bout de 17 ans) après une affectation de 4 ans au PORT. Ce problème du syndrome de la goyave de France est valable dans le public comme dans le privé (privé qui n’octroie pas forcément de surrémunération comme attractivité) mais qui pense que celui venu d’ailleurs est forcément plus compétent et plus intelligent.
    Malgré tout les choses, lentement, changent. Car ceux qui ont eu le courage de partir reviennent souvent plus riche de leur expérience et apportent une valeur ajoutée qui profite à la Réunion dans sa globalité. En ce qui concerne le public (malheureusement pour le privé il est difficile de légiférer et il ne faut compter que sur l’intelligence des nouveaux patrons qui ouvrent les yeux sur les compétences autour d’eux), c’est le travail de nos députés que de proposer un système de points permettant de donner la priorité à ceux qui veulent revenir, avec un différentiel, qui à compétence et valeur égale, privilégie le retour sur sa terre natale, pour éviter qu’à une demande légitime et justifiée ne soit opposée une opportunité de circonstances.
    En tout cas ne perds pas l’amour de tes racines, ne te décourage pas et continue à te mobiliser avec beaucoup de dignité pour qu’un jour ton souhait se réalise enfin.
    De tout coeur avec toi.
    PS: Un petit salut amical à Pierre que je n’ai pas vu depuis un moment.

  • Pierre VERGESNo Gravatar |

    Merci, Jean-Luc, de ton salut amical. Et bien que nous nous voyons pas souvent, le partage de combats communs nous amènent à nous retrouver. Pourquoi pas une approche législative, au moins après 2012, avec un nouveau gouvernement qui mettra fin à l’ère Sarkozy. Mais l’avenir commence maintenant, pour que des engagements écrits soient pris… avant l’élection présidentielle, auprès des partis qui aspirent au changement. A bientôt.

  • pavadé christelleNo Gravatar |

    Je suis contente de lire vos témoingnages, je suis pas collégue mais mon mari »oui » , je suis Mlle Pavadé originaire de la ville du Port et je suis actuellement enchaînée à la Métropole avec ma petite famille, cela fait maintenant 8ans que nous sommes en région parisienne,lieu d’affectation de mon mari, je suis vraiment désolé d’etre ici ma famille me manque , mon île me manque, je suis vraiment en colère contre cette admimnistration qui fait tout pour nous déracinés et qui nous empêche de rentrer chez nous, nous sommes mariés avec 4enfants et je ne vois tjrs pas la mutation se profiler au loin,on pense au rapprochement d’époux mais quelle garantie que çà marche, comment partir seule avec mes anfants en laissant mon époux seul ici , comment expliquer à mes enfants que papa ne rentre pas ce soir et ni les soir d’àprés , je regrette de l’avoir soutenue dans cette démarche, je rêve souvent de la Réunion , des odeurs des senteurs de l’île,mes enfants ne connaissent pas grand monde de nos familles, les congés bonifiés n’appaissent pas ce manque au contraire, tout ceux qui nous repressente est là-bas sur notre île, c’est notre matrice,nos racines.

  • TECHER AiméNo Gravatar |

    Lettre ouverte à toutes et tous les internautes qui ont fait part de leur sentiment, de leur réaction et de leurs propositions.

    Madame, Monsieur,

    J’ai lu avec intérêt vos réactions. Je les ai d’autant plus lu que notre association A.O.M. vient de décider d’apporter son concours à M.P. la mère d’un jeune policier en Métropole qui rencontre des difficultés « énormes » dans sa fonction de policier et d’un être humain.
    Le bureau de l’association m’a mandaté de vous adresser cette lettre pour vous dire que nous vous proposons de travailler avec vous sur »la situation faite aux policiers réunionnais en Métropole ». Nous aborderons les mutations, mais aussi la vie de tous les jours de ces compatriotes et de leur famille. Si vous accpetez cette proposition , il nous faut donc nous réunir. Donc se rencontrer. Donc se connaître. Donc définir ensemble les objectifs et bien sûr qui fait quoi…Cela va demander à chacune et à chacun de s’engager. Nous association A.O.M. nous nous engagerons par écrit et nous dirons ce que nous pouvons faire. Notre association a plus de 20 ans de présence dans cette lutte que nous menons pour défendre les intérêts moraux et matériels de nos compatriotes chômeurs et exclus dans l’ouest parisien. Je suis personnellment présent en Métropole depuis plus de 50 ans. Je viens de perdre l’un de mes meilleurs camarades Marcel SOUDOU- je vous invite à lire ma dernière lettre à Marcel dans le blog de Pierre VERGES. Notre présence . Notre soucis d’apporter notre savoir faire. Nous sommes connus et reconnus par presque toutes les autorités de la Réunion: conseil général, l’église…les députés, les rédactions des journaux JIR et TEMOIGNAGES l’ancienne direction de la Région. Nous avons un rendez-vous trés prochainement avec la nouvelle direction de la région en Ile de France. Nous avons construit un réseau de Compatriotes et de Métropolitains…ils savent répondre.
    Seule, seul: ils nous briserons. Casse un p’tit bois tout le monde peut le faire. Fais un paquet avec les même p’tits bois: qui peut les casser.
    Voici mon adresse électronique aimetecher@gmail.com .Mon nom: Aimé TECHER.
    Sachons travailler ensemble pour gagner.

    Soyez assurée, Madame, soyez assuré Monsieur, de mon dévouement Kréol.

    Aimé TECHER

  • TECHER AiméNo Gravatar |

    suite à ma première réaction.

    Madame, Monsieur,

    Vous lirez dans le JIR- CLICANOO. de ce jour- dans les faits divers , un article: un policier réunionnais en quête de justice après avoir été violonté par des…Vous lirez dans la partie réaction la lettre que nous avons adressée à sa Mère. Cette dernière vient de nous contacter.
    Pour exprimer votre soutien à ce collègue, je vous propose vous aussi de lui tégnoigner votre soutien. Comment , tout simplement en lui adressant un message dans la rubrique « réagir.
    Je suis sûr qu’il appréciera et ainsi… nous aurons commencè à travailler ensemble.

    Soyez assuré(e) de mon dévouement Kréol.

    Aimé TECHER

    A.O.M.

    Aimé TECHER

  • stephanieNo Gravatar |

    Bravo pour votre soutien pour les reunionnais et reunionnaises qui malgré leurs courage peinent a retourner au pays , j en fais parti aussi,Je songe à y retourner car Ici comme bon nombre d entre vous Je deprime et Je me tue petit à petit, c pour ca ke tous les jours Je mè dit lève la tete sera mieux demain

  • rachelNo Gravatar |

    est ce que ce site est toujours actif ??
    Faut bouger arrêter de compter sur les politiques et les syndicats c’est une évidence qui mieux que ceux qui vive l’éloignement depuis 10 ans deja peuvent parler des difficultés rencontrées!!
    comment faire pour se faire entendre là est la vrai question j’attends vos réctions!moi policier là depuis 10 ans !!

  • turpinNo Gravatar |

    Je voudrai répondre à ce policier réunionnais qui n’a pas encore trouver sa place en métropole. Monsieur, je dois vous dire: » tel on fait son lit on se couche. Je suis moi même réunionnais et je vie dans ce beau pays qui est la france depuis plus de 40 ans. Si comme vous je passai mon temps à pleunicher sur la nostalgie de mon pays ( la réuion, je ne serai pas là où j’en suis aujourd’ui. — Boire ou conduire il faut choisir–
    Avant de quitter votre ILE, vous savez trés bien qu’elle est située à + de 10000 km de cette belle France? en arrivant ici, elle se trouve toujours à 10000 km de cette Ile qui vous manque. IL fallait y réfléchir avant.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web