Énergie – Guyane : découverte historique de pétrole !

   Guyane : Découverte historique de pétrole ! 

C’est le titre de France Soir, pour expliquer que Total et plusieurs autres majors pétroliers (dont Shell et le britannique Tullow oil) ont trouvé du pétrole au large de la Guyane. 

 

Une première, dont ils escomptent de bons rendements, poursuit le journal.

Mais derrière cette « découverte »… les dangers sont immenses pour l’écosystème !

 

« Nous sommes satisfaits des résultats préliminaires du premier forage exploratoire jamais entrepris au large de la Guyane française », a fait savoir Shell.

 

Selon un porte-parole de Total, le groupe s’était engagé dans cette exploitation sur « une intuition de géologue ».

 

Ces derniers estiment que le sous-sol de la côte nord-est de l’Amérique du Sud « est similaire à celui riche en hydrocarbures du Golfe de Guinée en Afrique », car les deux étaient reliées avant que les continents ne se forment et dérivent loin l’un de l’autre.

 

Pour Total et Shell, cette découverte donne « corps aux espoirs d’un nouvel Eldorado suscités dans la région par le développement de l’exploitation de brut au Brésil voisin ».

 

Et même, ce nouveau puits pourrait être « un miroir du champ Jubilee au large du Ghana, où il a découvert quelque 1,4 milliard de barils de pétrole ces dernières années ».

 

La découverte « ouvre un bassin entièrement nouveau », salue Bank of America (BofA).

Pour la Royal Bank of Scotland, le résultat du forage « devrait probablement dépasser la plupart des attentes ».

  

Des très gros risques 

 

Les compagnies mettent un (tout petit) bémol : « Ce forage est considéré comme à fort risque mais à fort enjeu ». 

En bons pétroliers, ils flashent plus sur le mot « enjeu » que sur le mot « risque ».

 

La preuve : Tullow Oil doit lancer un autre forage en octobre dans les eaux guyanaises !

Côté risques, ce n’est pas ce qui manque.

Le forage guyanais plonge jusqu’à 6.000 mètres de profondeur.

 

Une autre plateforme de BP, Deep Horizon, dans le golfe du Mexique, avait fait parler d’elle dans une catastrophe. C’était… l’an dernier.

Et ces pétroliers se moquent totalement du fragile écosystème guyanais, doté de la plus grande barrière de mangroves au monde.

 

Ils affirment qu’il n’y aurait… aucun risque.

Et l’on se souvient de la position de l’État ou de son représentant en Guyane sur ce dossier.   

 

Ironie du sort ! Total avait annoncé, il y a moins d’un mois, sa volonté de se séparer d’actifs dans l’exploration production (dans l’Hexagone !) à la recherche d’une meilleure rentabilité !

 

Et maintenant, il découvre du pétrole au large de la Guyane.

   

Du côté de la guyane 

 

Quant aux Guyanais, ils sont sceptiques. « Du pétrole en Guyane : une nouvelle pour faire grand bruit » annonce le site Blada.com.

Les auteurs du site s’interrogent : « Stratégie de communication pour faciliter la suite des recherches et/ou faire monter les cours ? ».

 

Il se réfère au journal l’Express qui affirme :

« C’est moins la découverte de pétrole au large des côtes de Guyane que la décision d’UBS de passer à l’achat qui profite au titre ce vendredi ».

 

Le site se demande aussi comment on a pu dire que cela représentait des réserves énormes, alors que le communiqué de Total, selon le site guyanais, dit :

 

« Les mesures effectuées au cours du forage du puits ont montré l’existence de réservoirs gréseux imprégnés d’hydrocarbures liquides (…). 

Le potentiel de production et l’étendue des ressources devront ensuite être précisés lors d’une campagne de forages de délinéation. ».

 

Avec justesse, Blada.com remarque qu’il n’y a aucun chiffrage.

 

Du coup, Blada.com a poursuivi son enquête et indique que « Total annonce la création de 600 stations low-cost » (citant une information du Télégramme).

 

Quant à la Région Guyane, elle semble satisfaite :

 

« Cette formidable découverte ouvre désormais un vaste champ de perspectives en termes de retombées  financières, et place tous les acteurs locaux du développement économique dans l’obligation de travailler ardemment et d’investir massivement à la mise en place de tous les outils et de toutes les infrastructures adéquates, en particulier les infrastructures portuaires.

 

Le Président de la Région Guyane annonce qu’il rencontrera mardi, à Paris, le PDG de la société Shell France pour effectuer un état des lieux de la prospection actuelle, et évoquer la possibilité d’autres forages exploratoires, toujours au large de la Guyane ».

  

Commentaires

 

1°- Les pétroliers ne changeront jamais : le profit avant tout !

 

2°- La presse française semble très euphorique sur ce sujet.

 

Cette découverte « historique » (pour reprendre l’expression de France Soir ) est exploitée de curieuse façon.

Les journalistes français auraient-ils été aussi enthousiastes si le gisement était à leur porte ?

 

3°- Quant à la réaction du président de la Région Guyane, elle est complètement hallucinante.

 

a) Il parle essentiellement de « obligation de travailler » et « d’investir massivement ».

b) Il semble oublier très vite ce qu’il a écrit en début de phrase « des perspectives ». Non des certitudes.

c) Pas un seul mot sur la biodiversité guyanaise.

d) Pas un seul mot  sur les emplois qui pourraient être créés.

e) Pas un seul mot sur la plus-value pour cette collectivité unique, qui connaît un taux de chômage et une progression démographique légèrement plus forts que La Réunion.

 

4°- Et il se précipite à Paris « pour faire un état des lieux » et pour «évoquer d’autres forages ». Mais pas un mot, pas un seul mot sur le sort des Guyanais, sur la préservation de la biodiversité et la défense des intérêts de la Guyane.

 

Rodolphe Alexandre, le Président de la Région Guyane, ancien représentant « socialiste » devenu UMP pour les régionales de 2010, est un ami de Didier Robert.

 

Un mimétisme intellectuel et politique qui nous fait dire que l’on serait mal barrés si l’on trouvait de l’or, du pétrole ou du nickel à La Réunion. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on se retrouverait dépouillés de tout.

 

Article vu 3 317 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

5 Commentaires sur

Énergie – Guyane : découverte historique de pétrole !

  • Bruno97490No Gravatar |

    La députée DVG de Guyane Christiane Taubiradit attendre des réponses précises du gouvernement sur l’absence de plan de protection de l’environnement de la compagnie Tullow qui a mené les forages qui ont trouvé du pétrole au large du département ultramarin , elle avait interrogé dès le mois de juin la ministre de l’Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet sur l’encadrement par l’Etat des travaux d’exploration menés par Tullow

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    Et une raison supplémentaire pour la France de garder l’outre-mer dans son giron. Ca rapporte, l’outre-mer, et ce que le gouvernement « donne » au titre de la défiscalisation, des allègements de charges d’exonérations de cotisation etc. tout cela s’est vite récupéré sur le nickel, l’aérospatial, et maintenant le pétrole
    la France, danseuse de l’outre-mer !!!!!!!

  • SophieNo Gravatar |

    Faut-il absolument vider toutes les poches de pétrole quel qu’en soit le prix (notamment en perte de richesses biologiques, déséquilibre de l’environnement,risques de fuites (cf BP))avant de se tourner résolument vers les énergies renouvelables ?

  • ùXBäNo Gravatar |

    faut pas noircir le tableau ! vous n’iriez pas jusqu’à dire que la découverte de pétrole dans les eaux de la guyane ne serait qu’une MAUVAISE nouvelle ?
    et pour revenir à la réunion , je vous rassure , le seul vrai gisement que l’on y a découvert pour l’instant c’est le  » pétrole  » de l’argent public et sa version raffinée à fort indice d’octane +53%
    le su(per)-rémunéré ! LoL !

  • TravauxNo Gravatar |

    il ne faut pas être trop extrême… Je suis persuadé que le monde avance aussi vite qu’il peut vers les énergies verrouillables, mais la nature étant bien faite il nous reste assez de pétrole pour assurer la transition!

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web