Alerte-Urgent- Les niches fiscales ne sont-elles pas en passe d’être rabotées et les retraites revues et corrigées ?

 

Bruxelles appelle Paris à préciser ses mesures pour réduire son déficit… les niches fiscales ne sont-elles pas en passe d’être rabotées et les retraites revues et corrigées !

 

Selon Boursier.com, La France va devoir spécifier les mesures et utiliser toutes sortes de revenus pour parvenir à ses objectifs de réduction de déficits et de dettes prévus sur la période 2011-2013.


Ce sont les préconisations de la Commission européenne pour la France.

Elle l’a d’ailleurs fait pour chacun des 27 États membres.

 

En ce qui concerne la France, après un déficit public supérieur à 7% du PIB en 2010, le programme de stabilité prévoit de le ramener à 3% en 2013, date limite fixée par le Conseil pour corriger la situation de déficit excessif.

 

Parallèlement, Paris estime que la dette, qui s’est établie à 82% du PIB en 2010 va continuer de progresser jusqu’en 2012 (86%) avant de diminuer.

 

Côté croissance, Paris vise 2% cette année et 2,25% en 2012.

 

Or, la Commission estime que le gouvernement français n’est pas assez précis quant aux moyens qui lui permettront d’atteindre ces prévisions et que ses projections de croissance sont légèrement supérieures aux siennes.

 

Elle rappelle enfin que par le passé, la France a souvent manqué ses objectifs…

 

Bruxelles appelle donc la France à accroître « l’efficacité de son système fiscal », en mettant notamment en œuvre la réduction des niches fiscales.

 

La Commission recommande également au gouvernement français de suivre de près l’évolution de son système de retraite et de prendre des mesures correctives en cas de besoin, la réforme de 2010 prévoyant un retour à l’équilibre pour 2020.

 

Ces recommandations seront débattues puis entérinées par le Conseil européen des 23 et 24 juin.

 

La Commission évaluera les progrès accomplis au niveau de l’UE lors de son prochain examen annuel de la croissance, en janvier 2012, et fera le point des progrès de chaque État membre dans ses prochaines recommandations par pays, en juin 2012.


Commentaires :


1°- Le déficit commercial de la France a établi un record absolu en avril, franchissant pour la première fois la barre des sept milliards d’euros, une tendance jugée inquiétante par les économistes qui pointent l’asthénie des exportations françaises.


2°- Les œuvres d’art ne seront pas comptabilisées dans l’ISF.

L’amendement déposé par un député UMP visant à l’intégration des œuvres d’art dans l’assiette de l’Impôt sur la fortune (ISF) n’a pas été retenu : « C’est tout simplement une question de justice fiscale et d’égalité devant l’impôt » avait-il (fort justement) déclaré.

Mais il a retiré son amendement, se rangeant ainsi derrière la volonté du gouvernement, largement opposé à cette mesure.


3°- La réforme de l’ISF et le bouclier fiscal divise… non pas la droite et la gauche, mais à l’intérieur même de la droite.

Il y a fort à parier que, quelques mois avant la présidentielle, certaines modifications – au demeurant justes – ne sont pas de nature à conforter la position de Sarkozy.

Donc les riches continueront à ne pas payer un impôt en fonction de leurs revenus.


4°- Ce sont donc les autres dispositifs fiscaux – les niches fiscales – qui vont être mises en cause.

Et en priorité, celles qui apportent réellement quelque chose – comme à La Réunion.


Conclusion : la stratégie économique et financière des Lagarde et autres Baroin ne sont pas de nature à engendrer un quelconque espoir. Surtout chez nous.

                                                                                                                                                                                                                                   

Article vu 2 601 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Alerte-Urgent- Les niches fiscales ne sont-elles pas en passe d’être rabotées et les retraites revues et corrigées ?

  • Hervé BoismeryNo Gravatar |

    Par leur brutalité,les programmes d’ajustement structurel infligent aux pays d’Europe du Sud des traumatismes irréversibles qui conduiront à un inélutable rejet de l’idée européenne.Actuellement, les peuples de Grèce,d’Espagne et du Portugal sont soumis à des thérapeutiques de régression sociale aussi inutiles que dangereuses de nature à tuer les malades et à provoquer des révoltes populaires.
    Le gouvernement français saura-t’il ou même voudra-t’il plaider la spécificité des RUP et de l’Outre-Mer auprès des instances bruxelloises ? Verra-t’on prochainement à La Réunion et aux Antilles des mouvements comparables à ceux des « indignados » de Madrid ? En attendant peut-être des troubles plus graves…

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    Est-ce que la prochaine étape, c’est comme ce qui se passe en Grèce: on privatise tous les services publics?

  • ùXBäNo Gravatar |

    ceux qui s’imaginent que les avantages particulier
    dont bénéficient les départements d’outre-mer vont durer toujours sont dans le déni du réel le plus complet…
    la dépendance financière objective dans laquelle nous avons pris l’habitude de fonctionner est vouée à disparaitre à plus ou moins long-terme.
    ce n’est pas en s’arc-boutant sur ce qui relève des privilèges , en particulier le statut de la fonction publique outre-mer , que l’on préparera
    la réunion à un futur viable qui passera forcément
    par une intégration locale et régionale , ce qui signifie forcément un ajustement du niveau de vie pour le ramener à un niveau mois éloigné des autres pays de la zone , car cela tue toute compétitivité dans l’oeuf et nous paralyse dans cette spirale mortelle d’assistanat de fait…
    la seule issue se trouve dans une évolution statutaire avec une plus grande autonomie , et cela implique un courage immense car il faudra alors remettre en cause ce que beaucoup considèrent comme des avantages acquis…
    l’urgence serait de contrôler la démographie pour stabiliser la population à son niveau actuel et de
    tout axer sur le développement des productions locales en substitution des importations massives qui sont entretenues par le flux finacier venu de métropole…une véritable révolution des esprits qui demanderait à nos politiques un courage dont ils semblent malheureusement dépourvus.
    faute de quoi , la chute pourrait être très dure , car le jour où le robinet de la mère patrie se refermera , les réactions d’une population impréparée et en total sur-nombre , incapable de subvenir à ses propres besoins sera totalement imprévisible,et pas pour le meilleur!

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web