Océan Indien – Le stock de poissons en baisse dramatique dans l’Océan Indien, prévient Greenpeace

   L’annonce a été faite par l’organe de presse Chine nouvelle : « Le stock de poissons dans l’Océan Indien est en baisse constante et devrait bientôt atteindre un niveau

dramatique », prévient Greenpeace International à Port- Louis ce week-end.

 

La pêche industrielle pratiquée par les senneurs européens et japonais seraient en cause.

 

Telle est en tout cas l’accusation de l’organisation environnementaliste à l’occasion de l’escale de son bateau, SY Rainbow Warrior, dans la rade d’une tournée de Greenpeace dans l’Océan Indien.

 

Il faut savoir que l’Océan Indien est la deuxième plus importante zone d’exploitation de thon au monde, après le Pacifique.

Sari Tolvanen, coordinateur des campagnes océaniques, précise : « 21% du thon sur le marché mondial vient de l’océan Indien ».

 

Toutefois, ce stock s’est considérablement amenuisé et plusieurs espèces sont même menacées de disparition en raison des pratiques industrielles, ont affirmé les militants de Greenpeace aux Mauriciens venus visiter le bateau pendant le week-end avec des vidéos à l’appui.

 

La visite de Greenpeace intervient au moment même où un nouvel accord de pêche est en passe d’être signé entre Maurice et l’Union européenne (UE).

Cet accord permettra à 86 thoniers senneurs de l’ UE de pêcher dans notre ZEE pour une durée de trois ans.

 

Un accord dénoncé par les pêcheurs mauriciens et des associations syndicales de l’île touristique de l’océan Indien.

Sari Tolvanen affirme que « La population de thon dans l’océan Indien est sous une grosse pression due à la surexploitation ».

 

Greenpeace demande à faire un état des lieux dans les eaux de la zone économique exclusive (ZEE) de Maurice.

Une rencontre à ce sujet a eu lieu avec le ministre maurcien de la Pêche Nicolas Von Mally la semaine dernière.

 

Et Sari Tolvanen d’ajouter : « La rencontre a été très positive, j’espère que nous pourrons développer un partenariat et revenir plus tard pour des actions concrètes.

Nous voulons aider Maurice à développer une industrie de pêche plus durable ».

 

Greenpeace fait état d’une tendance au déclin de la quantité des prises, estimant que cela découle du non-respect du code de conduite de la FAO pour une pêche responsable.

 

En dehors de la pêche à la senne soutenue par le Fish Attracting Device (FAD), une autre technique dangereuse est utilisée par les flottes étrangères pour la pêche au thon dans l’océan Indien : le long-line fishing, a affirmé l’organisation.

 

On peut retrouver quelque 3 000 hameçons dans une seule ligne.

Une fois de plus, les prises non-désirées sont jetées mortes à la mer.

 

Greenpeace encourage les États riverains à développer une industrie de pêche durable où les pêcheurs artisanaux ne seraient pas laissés sur la touche.

 

Sari Tolvanen cite l’exemple du Sénégal où le nouveau président a mis un terme à l’accord de pêche avec 89 bateaux européens pour développer une industrie de pêche plus responsable.

 

Qu’en pensent nos responsables politiques locaux ?

 

Article vu 3 746 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web