Le projet socialiste 2012 – Un nouveau modèle de développement ? (1 / 30) – La compétitivité

 

Avant-propos – Les responsables politiques réunionnais, je dis bien responsables, doivent envisager de marquer d’une empreinte Réunionnaise le projet présidentiel de 2012, projet alternatif à la politique du Gouvernement Sarkozy et de ses « obligés péi ».

Mais cela ne peut se concevoir que si nous justifions notre volonté d’un traitement différencié, du fait de nos singularités,  par la prise en compte d’orientations stratégiques nationales, dont les effets doivent asseoir notre appartenance à l’ensemble républicain.

 

Vous avez tous entendu parler du projet du Parti Socialiste pour 2012. Je vous propose une série d’articles concernant ce projet.

Le  projet socialiste pour la présidentielle de 2012 est de « Redresser la France et proposer un nouveau modèle de développement ».

Dans le champ « Emploi, compétitivité, investissement, désendettement », le PS souhaite « refaire de la France une nation qui compte » .


Pour y parvenir, la première mesure est celle-ci :

  

« Pour muscler la compétitivité de la France, nous créerons une Banque publique d’investissement, qui investira dans la recherche et l’innovation, soutiendra les PME-PMI, prendra des participations dans les activités stratégiques et les filières industrielles d’avenir, et dont les moyens seront mobilisés sous la forme de fonds régionaux en copilotage avec les Régions. ». 

 

Il est curieux de voir que la première mesure proposée par les socialistes soit… la création d’une banque.

 

D’accord, il s’agit d’une banque publique.

Mais l’adjectif « publique » confère-t-il obligatoirement vertu et principes à la « banquosphère » ?


Notons d’abord qu’il s’agit d’une proposition émise en 2007.

 

Toujours est-il que Ségolène Royal, dans son projet présidentiel 2007, voulait « soutenir les PME avec la création de fonds publics régionaux de participation et en leur réservant une part dans les marchés publics ».

 

En octobre 2008, elle avait proposé de « créer une banque publique pour financer durablement les PME et relancer l’économie ».

 

Puis en 2010, le Parti Socialiste prônait la création d’un « pôle public d’investissement industriel » (2P2I), notamment à l’usage des PME et PMI. Le texte de présentation s’appelait « Pour un nouveau modèle de développement économique, social, écologique ».


La « nouveauté » 2012 est la création d’un livret d’épargne industrie « par l’intégration du livret de développement durable (ex CODEVI) et du livret d’épargne populaire ».

 

Ainsi, il est précisé que

« Son usage sera exclusivement dédié aux secteurs d’avenir dans le cadre de la Banque publique d’investissement.

Celle-ci regroupera autour de la Caisse des Dépôts, des outils existants pour les rendre plus performants – OSEO, l’Emprunt national, le Fonds stratégique d’investissement, les structures d’accompagnement des entreprises de la Banque de France et de la Banque postale, ainsi que les structures régionales de capital investissement ».

 

Certains économistes estiment dangereux de mêler prêts et investissements au sein d’une même institution.


Dans les secteurs stratégiques : « Elle constituera un Fonds souverain à la taille de la France qui lui permettra de faire la différence dans la mondialisation » poursuit le PS. Dont acte.

 

Néanmoins, la mesure est assez étatiste. Le PS l’indique lui-même « l’Etat stratège ».  C’est cette stratégie là qu’il sera intéressant de préciser.


En outre, à La Réunion, le tissu économique réunionnais était composé :

 

– à 63 % d’entreprises… individuelles,

– à 31 % d’entreprises ayant entre 1 et 9 salariés,

– le solde, soit 6% des sociétés, avaient plus de 10 salariés…

 

On est donc loin, très loin de la typologie généralement adoptée en France pour être TPE.

Ce qui ne veut pas dire que les entreprises réunionnaises n’innovent pas. Bien au contraire.


Commentaire : Pour mémoire, en mars 2010, pour attirer des capitaux d’épargne vers l’industrie, Sarkozy avait proposé, à l’issue des états généraux de l’industrie que le LDD (Livret de développement durable, l’ancien Codevi) devienne un LDDI (livret de développement durable et de l’industrie), avec un taux égal à celui du Livret A.

 

Article vu 2 343 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Le projet socialiste 2012 – Un nouveau modèle de développement ? (1 / 30) – La compétitivité

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    Rappel historique intéressant et transplantation sur le plan réunionnais loin d’être inutilie

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web