Sarkozy l’a dit, Sarkozy ne l’a pas fait (13ème épisode) – Sur les plates-bandes du FN

 

     Quel bilan peut-on retirer du mandat Sarkozy ?

Petit tour d’horizon des déclarations du candidat Sarkozy (certains sites sont d’ailleurs devenus muets sur ce point… et pour cause, ce sont des promesses non tenues.) au regard des actions menées, tout au long de ces cinq ans …

 

C’est-y pas une belle déclaration de Sarkozy :

« J’aime cette France de toutes les couleurs et de toutes les religions où s’entremêlent tant d’histoires, de souvenirs et de cultures. 

J’aime cette France de la diversité, des différences et des mélanges.»

 

Tellement défenseur des diversités qu’il crée sous l’impulsion de l’inénarrable Brice Hortefeux un ministère de l’identité nationale, grand ministère régalien créé en mai 2007.

C’est le début d’un virage vers ce qui fait le fonds de commerce du FN : le racisme, l’intolérance, etc.

 

Ce quinquennat aura connu tout ce qu’il y a de pire (enfin, presque, le pire étant tout de même Le Pen père).

Mais on aura eu des dérapages verbaux, des propositions inutiles et surtout dangereuses,

 

Conséquence : l’électorat du Front National est courtisé et ses idées sont banalisées.

Et dire qu’un ex socialiste a été le premier à s’y coller : Eric Besson prend le ministère et perd ses idéaux.

 

Quelque peu cornaqué par Brice Hortefeux, le ministère et ses occupants vont  successivement faire adopter un pacte européen interdisant les régularisations massives.

Jouant sur la carte du 100% com’, Nicolas Sarkozy tente de faire croire qu’il ne flirte pas dangereusement avec les propositions xénophobes.

 

Comme tout les adeptes des thèses du FN, il dit, grosso modo : « voyez, je suis tolérant, je sollicite des gens d’une autre culture ».

Les Rachida Dati, Rama Yade et Fadela Amara, sont appelées, mises en valeur et… très rapidement dégagées.

 

Non pour des lapsus,pour des fautes politiques, mais parce que ces femmes, même si elles partageaient certaines de ses idées, ne pouvaient cacher, voire supporter plus longtemps, le fond même de la politique Sarkozy.

Il n’est d’ailleurs pas rare que l’on compare l’action de Sarkozy avec ce que d’autres avaient imposé lors du régime de Vichy.

 

Ce quinquennat Sarkozy a été celui de toutes les hontes.

À chaque fois, on pensait que l’on avait touché le fond.

 

Mais à chaque fois, il nous trouvait d’autres dispositifs, d’autres lois.

À chaque fois, il nous mettait en place un dispositif, consolidait son argumentation, renforçait l’idée d’intolérance.

 

Un tel matraquage laisse des traces.

C’est par exemple le niveau des intentions de vote que l’on prête à Marine Le Pen : près de 23% !

 

Sarkozy aura donc donné dans la démesure.

Inventaire, à la Prévert, de ce qui a été fait :

 

– Création d’un ministère de l’Identité nationale ;

– Mise en place de tests ADN pour les regroupements familiaux ;

– Élaboration de grilles de Français, par ethnies notamment ;

– Reconduite à la frontières fortement médiatisées ;

– Possibilité d’aller dans les écoles maternelles, y récupérer des touts petits dont les parents seraient en situation irrégulière ;

 

– Procédure de rétention administrative généralisée ;

– Mise en cause de la CIMADE (Service œcuménique  d’entraide, se consacrant à l’accompagnement des étrangers migrants, en voie d’expulsion, demandeurs d’asile ou réfugiés etc.) ;

– Mise en place d’une traque, d’une chasse aux Roms et aux gitans ;

– Vote d’une loi en  2009, interdisant le voile, au-delà de la burqa ;

– Mise en place de quotas d’expulsions à réaliser par les préfets ;

 

– Institutionnalisation du délit de sale gueule ;

– Déchéance de la nationalité française pour des « étrangers récemment naturalisés coupables de meurtres de fonctionnaires » ;

– Matraquage intensif de ces deux mots : insécurité et immigration, afin de créer dans les mentalités, un lien de causalité ; 

– Mise en place de quotas d’immigration légale ;

– Création d’un principe d’immigration choisie, où les autorités choisissent celles et  ceux qu’elles veulent accepter).

 

On est bien loin, très très loin, de « Ma France » chantée par Jean Ferrat…

 

Article vu 1 784 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

2 Commentaires sur

Sarkozy l’a dit, Sarkozy ne l’a pas fait (13ème épisode) – Sur les plates-bandes du FN

  • VanessaNo Gravatar |

    ce môssieu pense être un stratège en disant qu’il n’est pas candidat et qu’il est toujours président
    mais ça sert à quoi de jouer à être le président encore aujourd’hui quand on voit le travail réalisé (comme vous l’avez très largement démontré)
    Sarko, à la retraite !!!

  • ainardiNo Gravatar |

    quand Jean Ferrat chantait ma France , les Français pouvait laissé les portes ouvertes…… .

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web