À toutes et à tous : MERCI ! On continue et on ne lâche rien ! Rétrospective 2012 – Janvier – Sarkozy l’a dit, Sarkozy ne l’a pas fait ! (1er épisode) – Agriculture : morne plaine !

  À quelques jours de cette fin d’année 2012, permettez-moi de vous adresser mes plus vifs remerciements pour votre fidélité, vous qui êtes parmi les quelque 2000 visiteurs quotidiens. 

 

Depuis 2010, je trouve plaisir à partager avec vous mes réflexions, mes coups de coeur, mes prises de position, afin que vous sachiez, ainsi que tout observateur, et en général l’opinion, ce que je pense, et non pas ce que certains, parfois mal intentionnés, voudraient faire croire que je pense.

 

C’est un exercice qui me plaît, vu que je continue celui-ci depuis plus de deux ans et demi.

 

C’est un exercice qui vous intéresse, vu que vous êtes toujours plus nombreux à me rendre visite quotidiennement.

 

J’ai décidé, comme tant d’autres, de faire  la « trêve des confiseurs ».

 

Je reprendrai mon rendez-vous quotidien à partir du 14 janvier.

 

Mais en attendant, je vous propose une rétrospective des articles de janvier à décembre, à raison de un par mois, en prenant comme critère de sélection le plus grand nombre de fois où l’article considéré a été vu.

 


 

16 Janvier 2012 – Sarkozy l’a dit, Sarkozy ne l’a pas fait ! (1er épisode) – Agriculture : morne plaine !  (vu 1576 fois) 

  Quel bilan peut-on retirer du mandat Sarkozy ?

 

Petit tour d’horizon des déclarations du candidat Sarkozy (certains sites sont d’ailleurs devenus muets sur ce point… et pour cause, ce sont des promesses non tenues.) au regard

 

des actions menées, tout au long de ces cinq ans …

 

 Agriculture : morne plaine ! 

 

Évidemment, Sarkozy s’était engagé sur ce terrain : « Je soutiendrai l’agriculture et l’industrie agroalimentaire ».

C’est vrai, il n’avait pas dit comment.

 

Ce qui explique certainement que l’on ait rien vu !

Et qu’il y avait probablement une carence dans les idées.

 

Sinon, on n’aurait jamais assisté à une répétition pratiquement mot pour mot de certains discours, prononcés à 9 mois d’intervalle (février et octobre 2009).

 

Sarkozy y glissait des idées identitaires et non économiques : « Le mot terre a une signification française et j’ai été élu pour défendre l’identité nationale française ».

 

Oui, il y a bien eu annonce d’un plan d’un milliard d’euros de prêts bancaires à taux bonifiés et de 650 millions d’euros d’aides supportées par les finances publiques.

 

En juillet dernier, Sarkozy  défendait les agriculteurs contre les « intégristes » de l’écologie en affirmant qu’ils n’étaient en rien « coupables » de la prolifération des algues vertes sur les plages bretonnes.

 

Ce même Sarkozy avait lancé, un an plus tôt, un plan de lutte contre les marées vertes à la suite de la mort d’un cheval, intoxiqué par les effluves toxiques, sur une plage bretonne à l’été 2009.

 

Il prévoyait une enveloppe de 134 millions d’euros sur cinq ans pour nettoyer et préserver les zones les plus touchées.

 

Plus bénéfique à la grande distribution  

 

Pour quel bilan ?

 

Sarkozy, devant des agriculteurs du monde entier, réunis à Paris à l’initiative de la FNSEA, voulait définir les grandes lignes d’un « nouveau modèle agricole » qu’il souhaite lancer à la faveur de la présidence française du G20.

 

Ce modèle devait reposer sur deux principes :

 

– un réinvestissement dans le secteur qui permettrait d’augmenter la production et donc de nourrir la planète ;

– la mise en place d’une « gouvernance mondiale modernisée » pour une plus grande stabilité des prix agricoles.

 

En un an, entre 2010 et 2011, les prix des produits agricoles avaient, selon l’Insee, bondi en France de près de 22%.

 

Quant aux mesures annoncées lors du G20, elles prétendaient avant tout répondre aux conséquences des flambées des prix alimentaires pour les consommateurs les plus vulnérables.

 

Cependant, le problème des prix payés aux producteurs apparaissait clairement comme secondaire.

 

On a seulement vu une tentative de modération des marges (sans pour autant la fixation d’un prix d’achat plancher).

 

Sarkozy a donc beaucoup « bougé » dans la France rurale (faute de taper sur la croupe des vaches comme le faisait Chirac).

Sarkozy a beaucoup parlé (de tout et de rien : défense du bois, revalorisation des tarifs de rachat d’électricité etc.

 

Et pour l’instant, contrairement à son annonce de 2008, la réforme de la PAC, si elle est en route, ne lui doit rien.

 

La redistribution des aides a été revue (mais pas dans le sens favorable à l’agriculture française… et réunionnaise).

 

La conditionnalité des aides – même si pouvant être soumise à discussion – est quand même plus « intelligente » que la proposition du ministre Le Maire que voulait que les producteurs de fruits et légumes remboursent des aides européennes.

 

Finalement, la politique agricole de Sarkozy a été plus bénéfique à la grande distribution qu’aux exploitants agricoles.

 

Et l’on achève bien le secteur agricole, en Sarkozy profonde.

 

Sinon pourquoi le gouvernement aurait-il supprimé deux des plus grosses aides agricoles:

 

– le remboursement partiel de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (140 M€),

– et l’exonération des parts départementales et régionales de taxe foncières sur les terres agricoles (200 M€) ?

 

La récession a bon dos…

 

Article vu 1 232 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web