Émission « Devant La Réunion » du lundi 17 septembre 2012 : la retranscription (volet 2)

 

 Avec Firose Gador  

Yves Montrouge : Vous dites que vous démissionnez seulement en 2013 au profit de Firose Gador parce que vous avez des délégations au Conseil Général…

 

Pierre Vergès : Ce n’est pas parce que j’ai des délégations, c’est parce que je suis engagé de par ces délégations dans des procédures déjà en cours, notamment (pour la délégation des transports) la réalisation d’un plan départemental de transports, et pour l’agriculture la réalisation des cahiers de l’agriculture. 

Pour les transports, il s’agit de marquer de notre empreinte, par un saut qualitatif, l’action du Conseil Général pour les 10 ans à venir. Ça devra d’abord être débattu en assemblée plénière.

Mais 10 ans, cela permet d’asseoir une politique, notamment en matière d’investissement pour les transporteurs.

À ce sujet, je souligne que je souhaite que cela soit comme pour le Parti, c’est-à-dire dans la continuité de ce qui s’est fait, et non pas arriver à dire à ceux qui ont travaillé à construire les transports dans le département de La Réunion, « dégagez ». 

Il faut que le département retrouve sa vocation « express » parce que les usagers disent « quels transports départementaux quand on fait de Saint-Denis à Saint-André en passant par Sainte-Marie et Sainte-Suzanne, où il y a X stations et où l’on met plus d’une heure (de trajet) ».

 

   Carte des communautés d’agglomération

Sophie Person : Mais où en est-on des transports quand on sait qu’il y a eu beaucoup de soucis avec la Région, notamment pour créer ce fameux syndicat mixte des transports ?

 

Pierre Vergès : Le plan départemental des transports ne dépend absolument pas de la Région. Il concerne les autorités organisatrices de transports urbains que sont la CINOR, la CIREST, le TCO, la CIVIS et la CASUD, et le Département. 

Notamment parce que le département a des lignes qui ne sont pas des lignes express, et fait le travail « au lieu et place » de certaines communautés d’agglomération pour certaines lignes. Pour certaines lignes, car par ailleurs, les communautés d’agglomération font aussi leur boulot. 

Mais aujourd’hui, dans le cadre de ce nouveau contrat (de DSP, délégation de service public en 2013), on risque d’être sanctionné par la Préfecture (dans le cadre du contrôle de la légalité) si nous nous occupons de « choses » (lignes en service) qui relèvent des communautés d’agglomération. 

Nous avons donc une opportunité formidable de mettre des lignes express au plus grand plaisir de celles et ceux qui n’ont pas besoin de passer par X stations pour arriver là où ils doivent travailler. 

Ce travail, je suis en train de le faire. Je ne peux pas transmettre le relais dans de mauvaises conditions, ce qui serait la démonstration si je partais dès maintenant. 

Mais ne vous tracassez pas, soyez rassurés, on se retrouvera mi-2013, car en ce qui me concerne, le dire, et le faire est quelque chose de très fort.

 

Yves Montrouge : N’est-ce pas comme certains le disent, aussi parce que vous êtes esseulé au sein de la majorité du Conseil Général ?

 

Pierre Vergès : Pas en ce qui concerne les transports, ou alors ce serait très grave. 

 Michel Dennemont, Axel Vienne et Pierre Vergès

 

Yves Montrouge : Je parle de manière générale, car il y a eu un groupe qui s’est créé autour d’Eric Fruteau avec des élus de Saint-André et des élus de Saint-Paul avec Huguette Bello, alors que vous, vous êtes seulement 3 avec Roland Robert et Loulou Hyppolite…

 

Pierre Vergès : Mais ça ne nous empêche pas de travailler dans la plus grande sérénité pour le bien du Département.

Dans cette majorité, il y a différentes trajectoires, les Modérés du sud, du nord, on parle même des socialistes du sud, du nord, au sein du département, peut-être pas avec le même fracas… mais chacun verra midi à sa porte tôt ou tard.

 

Sophie Person : On a pourtant un peu de mal à imaginer cette majorité plurielle arriver à travailler ensemble et que les dossiers avancent aussi vite que s’il y avait eu une majorité « normale »…

 

Pierre Vergès : Je ne sais pas. En ce qui me concerne, je travaille en étroite collaboration avec mon collègue Michel Dennemont. 

Et nous faisons tout pour être dans les délais pour l’élaboration du plan départemental des transports, qui devrait être débattu (en assemblée plénière) au plus tard en novembre, de telle sorte qu’il serve à un cahier des charges pour une consultation (des entreprises) de délégation de service public qui sera mise en œuvre à mi 2013.

Chacun prendra ses responsabilités. 

Mais je ne vais pas faire de problèmes de personnes.

Je pose des principes : le Département doit-il avoir une vocation « express » en matière de transports ?

Je pense que oui.

Sinon, on ne comprend pas comment la ligne « Zéclair » (notamment la ligne express de Saint-Denis à Saint-Pierre) marche terriblement bien, alors que d’autres lignes marchent moins bien parce qu’il y a des problèmes de temps de trajet qui sont insupportables.

 

Sophie Person : Vous nous dîtes que vous êtes en train de mettre en place des lignes rapides, express. N’êtes-vous pas en train de mettre en place le Trans Eco Express de Didier Robert ?

  

Pierre Vergès : Non. Le Trans Eco Express de Didier Robert prévoyait 2000 bus.

Aujourd’hui, il se réduit à quelques bus puisqu’il déclare qu’il faut prendre en compte les bus existants. Dont acte. 

En tout état de cause, la Région est la bienvenue dans un syndicat mixte (de transports) où il devrait y avoir l’ensemble des communes représentées bien sûr par l’intermédiaire de leurs communautés d’agglomération. 

   Le casse tête du stationnement

Parce qu’au-delà des problèmes de lignes de transports, express ou urbaines, avec des TCSP (transport collectif en site propre) comme celui du Chaudron au centre ville de Saint-Denis, il y a des politiques de police de la circulation et de stationnement qui peuvent ou fragiliser le dispositif que l’on met sur pied, ou au contraire l’encourager. 

Ces compétences relèvent des maires.

Si l’on ne les associe pas au syndicat mixte, on fera une politique de transports qui ne tiendra pas compte des politiques de circulation et de stationnement. C’est un non-sens . 

J’espère qu’on ira vers ça (leur implication).

 

Yves Montrouge : Qui doit prendre cette initiative ? Pourquoi cela ne s’est pas fait jusqu’à maintenant ?

 

Pierre Vergès : La Région ne souhaite pas qu’il y ait plus de 2 représentants par communauté d’agglomération.

Même si Saint-Louis est plus grande que Les Avirons, cela ne me plairait pas trop que Saint-Louis vienne dicter aux Avirons, ou à l’Etang-Salé, la politique en ce domaine alors même que la population souhaite qu’il y ait un représentant de sa commune, qu’elle a élu.

 

Yves Montrouge : Vous dîtes ça parce que c’est Claude Hoarau ?

 

Pierre Vergès : Non, je pourrai citer La Possession et Saint-Leu (qui font partie du TCO)…

 

Sophie Person : Ça fait quand même 2 ans que le dossier bloque…

 

Pierre Vergès : Je vous rappelle que j’ai posé publiquement sur mon blog les données du problème : 

(19 août 2011

http://blog.pierreverges.fr/routes-transports-btp/a-propos-du-syndicat-mixte-des-transports-de-la-reunion-ne-pas-mepriser-les-representants-du-peuple

5 septembre 2011

http://blog.pierreverges.fr/politique-locale/transports-region-departement-epci-et-syndicat-mixte-gardons-une-attitude-politique-respectueuse-des-autres

9 décembre 2011

http://blog.pierreverges.fr/institutions/syndicat-mixte-de-transports-et-tee-la-balle-est-dans-le-camp-de-la-region  )

Que l’on me réponde.

  Fabienne Couapel Sauret : impossible de travailler si on est à 42 élus ?

Mais la seule réponse qui a été faite est qu’avec 42 personnes (du fait de la représentation de chaque commune) ce sera un « foutoir », car « on ne peut pas travailler quand on est à 42 ». 

Moi je trouve assez surprenant que l’on puisse dire que l’on ne peut pas travailler s’il y a un représentant de chaque commune (30 en tout, pour que chaque communauté d’agglomération ait 6), et des représentants du département (6) et de la Région (6).

C’est considérer des élus comme des incapables.

Je ne peux pas abonder dans cette voie. 

J’ai posé le problème.

Si la Région l’entend, très rapidement cela (le syndicat mixte) peut être créé. 

Et nous devons aller beaucoup plus loin que le plan départemental des transports, avec la discussion sur une zone unique, pour payer le même tarif si vous allez de Saint-Benoît jusqu’au Tampon (en passant par Saint-Denis), sur la possibilité d’utiliser les réseaux urbains CINOR, CIREST, CIVIS, TCO, CASUD (avec le ticket Car Jaune).

Je pense que c’est une « révolution » qui doit être accompagnée par la Région. 

Mais à condition que la Région ne dise pas « il faut (seulement) 2 représentants pour la CINOR », (donc au besoin) tirés au sort entre Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne par exemple. Ça ne fait pas sérieux.

 

Sophie Person : Parlons du dossier important de la Route du littoral. Il y a une sénatrice des « Verts » qui a dénoncé le coût de cette route. Qu’est-ce qui ne va pas dans ce projet selon vous ?

 

Pierre Vergès : Il y a beaucoup d’aléas.

Difficile et périlleux d’en parler en 2 secondes sans paraître escamoter le dossier.

   Le projet de Didier Robert

J’en ai parlé sur mon blog « en long, en large et en travers » : 

25 juillet 2012 :

http://blog.pierreverges.fr/institutions/environnement-routes-transports-et-deplacements-a-propos-de-la-nouvelle-route-du-littoral-le-risque-dun-echec-retentissant

8 février 2012

http://blog.pierreverges.fr/tribune-libre/tribune-libre-de-bruny-payet-la-commission-denquete-pouvait-elle-sopposer-a-la-route-littorale-en-mer

17 novembre 2011

http://blog.pierreverges.fr/institutions/ma-tribune-libre-a-paraitre-dans-la-presse-quotidienne

2 novembre 2011

http://blog.pierreverges.fr/developpement-durable-2/route-du-littoral-chiche-pour-un-referendum-volet-13

3 novembre 2011

http://blog.pierreverges.fr/developpement-durable-2/route-du-littoral-chiche-pour-un-referendum-volet-23

4 novembre 2011

http://blog.pierreverges.fr/developpement-durable-2/route-du-littoral-chiche-pour-un-referendum-volet-33

10 octobre 2011

http://blog.pierreverges.fr/presidentielle-2012/la-population-reunionnaise-a-droit-a-des-mises-au-point-sur-la-future-ex-route-du-littoral-insecurisee

16 septembre 2011

http://blog.pierreverges.fr/routes-transports-btp/lettre-ouverte-1-%E2%80%A8a-monsieur-le-president-de-la-region-%E2%80%A8a-propos-de-son-numero-special-mag’-n°3-%E2%80%A8sur-son-projet-de-route-en-mer

15 septembre 2011

http://blog.pierreverges.fr/routes-transports-btp/nouvelle-route-du-littoral-est-on-a-la-veille-dun-nouveau-scandale

16 juillet 2011

http://blog.pierreverges.fr/alerte-climat/lu-sur-le-site-du-journal-le-monde-un-rapport-souligne-le-poids-des-catastrophes-naturelles-sur-leconomie  )

 

en reproduisant ma contribution (le 2 décembre 2011) à l’enquête publique qui s’est faite

http://blog.pierreverges.fr/routes-transports-btp/enquete-publique-–-nouvelle-route-du-littoral-volet-14

http://blog.pierreverges.fr/routes-transports-btp/enquete-publique-–-nouvelle-route-du-littoral-volet-24

http://blog.pierreverges.fr/routes-transports-btp/enquete-publique-–-nouvelle-route-du-littoral-volet-34

http://blog.pierreverges.fr/routes-transports-btp/enquete-publique-–-nouvelle-route-du-littoral-volet-44 ),

 

où je soulignais qu’il y avait des aléas techniques, environnementaux et financiers.

 

Il faut effectivement aller vite, mais il faut d’abord résoudre un premier problème, qui est celui de l’entrée dans Saint-Denis pour éviter durant le temps des travaux, qui devrait nous conduire à 2017-2020, qu’il y ait des embouteillages sur la route du littoral. 

Sinon cela ne résoudra pas les risques de drames, pas sur une ou deux voitures.

Aujourd’hui, c’est faire durer le risque de drames pour des dizaines et des dizaines de voitures en cas d’effondrement de masse.

 

Sophie Person : Mais il y a bien eu un accord pour les études (avec Saint-Denis et la CINOR)…

 

Pierre Vergès : Ces études, quand vont-elles aboutir ? On n ‘en sait rien.

Deuxièmement, quels vont être les financements ? On n’en sait rien, rien n’est prévu (aujourd’hui).

 

Yves Montrouge : Pour le Tram Train aussi il y a eu des études. Il faut bien passer par des études…

 

Pierre Vergès : Il faut bien sûr passer par des études.

C’est la raison pour laquelle il faut très vite connaître  quand se termineront ces études. 

Comment faire pour ne pas résoudre seulement la question du Boulevard nord (de la caserne Lambert au Cimetière en passant par le Barachois) ?

Et de faire que le Boulevard Sud (du Tronçon U2 jusqu’à la technopole en passant par la Trinité) soit une véritable rocade pour que les véhicules « dégagent » très vite de la portion qui les « embouteille » sur la route du littoral, sous la falaise. 

Et à partir de là, se dire qu’il faut résoudre la question du passage des Dyonisiens qui habitent en amont du Boulevard sud (à Bellepierre, Camélias, Saint-François, Bois de Nèfles, Moufia, La Bretagne…) pour se rendre en aval. 

   Cela pose le problème d’ouvrages de franchissement aérien, qui existent dans beaucoup de villes, Toulouse ou ailleurs. 

Et pour cela, il ne faut pas « 36000 » études. Il faut avoir la détermination de le faire. 

Ensuite, il faut faire une nouvelle route « sécurisée », mais peut-être pas avec la solution « pharaonique » de 6 voies en mer. 

Il y a une suggestion qui a été faite d’un tunnel pour coupler (les voies d)’un Tram Train en monotube et deux voies (routières) pour aller de La Possession à Saint-Denis. Ce qui voudrait dire que les voies existantes côté mer pourraient être plus protégées avec les déblais du tunnel, et de faire qu’il n’y ait aucun embouteillage sur cette route dangereuse…

 

Yves Montrouge : Déjà la sénatrice Archambaud dit que cette route est un « projet coûteux et rétrograde »,  si vous décidé d’un tunnel routier avec un Tram Train, ce serait plus qu’un projet coûteux…

 

Pierre Vergès : Non, ce serait moins cher puisque le coût du tunnel a été identifié par certaines sociétés, et cela coûterait beaucoup moins cher que de faire ce projet, pour peu que l’on utilise les déblais (du tunnel à 2 voies routières plus les voies du Tram Train) comme piège, en cas d’effondrement de masse, côté montagne. 

Il suffirait (pour s’en convaincre) de faire déjà une étude sommaire par la Direction des Routes (Direction régionale des routes – DRR), ensuite de soumettre la question à des experts, notamment de l’Inspection (Générale) des Ponts et Chaussées. 

Quitte à se dire alors qu’on a (encore) perdu un peu de temps, mais résolvons d’abord le problème des entrées de Saint-Denis parce que en attendant de faire la route du littoral, quelle qu’elle soit, il faut éviter que des voitures restent prisonnières sous la falaise.

 

Article vu 2 227 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web