Transports – Mise au point : en 2014, sur le réseau Car jaune, de nombreux usagers des transports bénéficieront de tarifs adaptés, voire de la gratuité

Car Jaune Respect On entend ici ou là, sur des radios, ou on lit ici et là, dans des journaux, des critiques sur le réseau actuel Car jaune, et des inquiétudes sont exprimées sur le réseau à venir.

Trop souvent, ces critiques sont infondées, ou à tout le moins excessives. Je pense qu’il est utile d’effectuer des mises au point précises, afin de mettre un terme à ces « peurs » illégitimes.

Il s’agit surtout de montrer que la préoccupation majeure du Département est de toujours jouer le rôle de « bouclier social » pour la population la plus fragile, autant que faire se peut, compte tenu du traitement injuste qui lui est fait par les gouvernements d’hier et d’aujourd’hui au plan financier.

Avec la mise en place du nouveau réseau Car jaune, de nombreuses catégories d’usagers bénéficieront d’une tarification sociale, ou adaptée, très avantageuse.

Il est important de rappeler qui sont ces bénéficiaires potentiels, qui ne sont donc pas concernés par les nouveaux tarifs applicables en 2014 (ticket à l’unité, abonnement,…).

Cela est d’autant plus important que nous pourrons alors expliquer, dans un autre article, pourquoi le PDT, le plan départemental des transports, qui sera mis en service par le Département en 2014 avec le nouveau réseau Car jaune, va engendrer une « révolution » dans le domaine du déplacement durable à La Réunion, profitable à celles et ceux qui ont plus les moyens de payer un tarif raisonnable.

Plusieurs publics dits « fragiles » bénéficient, ou continueront de bénéficier, de tarifs préférentiels.

Ainsi, plus de 270 000 personnes, soit 30 % de la population réunionnaise (3 réunionnais sur 10 !), peuvent prétendre à des tarifs adaptés, voire à la gratuité, sur le réseau Car jaune.

 

A – Les demandeurs d’emploi :     

 

1°- Cela représente un public potentiel de plus de 150 000 personnes ;

2°- Avec la carte Car’Ambole, ils peuvent voyager sur tout le réseau ;

3°- Le tarif est de 20 euros par trimestre ou 50 euros pour toute l’année.

 

Résultat 

1°- Un demandeur d’emploi qui prend le Car jaune de Saint-Benoît à Saint-Denis puis retour à Saint-Benoît du lundi au vendredi effectue 10 parcours par semaine, soit 40 parcours par mois, et donc 120 parcours par trimestre.

Cela signifie que chaque fois qu’il prend le Car jaune, cela lui revient à 16 centimes (20 euros divisés par 120 trajets).

Bien sûr, s’il a un abonnement à l’année, cela lui reviendra encore moins cher (environ 10 centimes le trajet.

2°- Du fait de la suppression des tarifs de zones, de la mise en place d’une tarification unique sur tout le réseau, et de cette politique d’abonnement tarifaire, un demandeur d’emploi qui prend le Car jaune pourra aller de Saint-Benoît à Saint-Pierre pour le tarif modique précisé ci-dessus.

 

B – Les étudiants :     

 

1°- Cela représente un public potentiel de près de 20 000 jeunes ;

2°- Avec la carte Libre Circulation, ils peuvent voyager sur tout le réseau ;

3°- Le tarif est de 20 euros par trimestre ou 50 euros pour toute l’année.

 

Résultat

1°- Un étudiant qui prend le Car jaune de Saint-Paul à Saint-Denis puis retour à Saint-Paul du lundi au vendredi effectue 10 parcours par semaine, soit 40 parcours par mois, et donc 120 parcours par trimestre.

Cela signifie que chaque fois qu’il prend le Car jaune, cela lui revient à 16 centimes (20 euros divisés par 120 trajets).

Bien sûr, s’il a un abonnement à l’année, cela lui reviendra encore moins cher (environ 10 centimes le trajet.

2°- À titre d’exemple, du fait de la suppression des tarifs de zones, de la mise en place d’une tarification unique sur tout le réseau, et de cette politique d’abonnement tarifaire, un étudiant qui prend le Car jaune pourra aller de Saint-Paul au Tampon pour le tarif modique précisé ci-dessus.

 

C – Les personnes âgées de plus de 60 ans     

 

1°- Cela représente un public potentiel de plus de 100 000 personnes ;

2°- Avec la carte Armelle, ils peuvent voyager sur tout le réseau ;

3°- Les voyages sont gratuits quel que soit leur nombre par jour et ce toute l’année.

 

La mise en place en 2010 d’une mesure de gratuité pour les plus de 60 ans, voyageant avec la carte Armelle sur l’ensemble des lignes Car Jaune classiques, a augmenté la fréquentation sur ces lignes.

En 2014, ces personnes continueront à bénéficier de cet avantage.

Néanmoins, deux adaptations sont à prévoir :

 

1°- Du fait de la volonté du département de faire bénéficier aux usagers Car jaune d’un titre interopérable, les autorités organisatrices de transports ont souhaité qu’une harmonisation soit amorcée car leur tarification sociale dans ce domaine est moins avantageuse.

En effet, l’interopérabilité permettre à un usager du Car jaune de voyager sur un réseau local (Citalis, Estival, Kar Ouest, Alternéo ou Car Sud) sans devoir payer un autre titre de transport.

De ce fait, le département envisage que les nouveaux bénéficiaires (pas ceux qui bénéficient déjà de la mesure) de la carte Armelle devront avoir 65 ans.

L’objectif est que ces personnes âgées puissent, sous cette réserve, voyager gratuitement de n’importe quel arrêt desservi par un réseau local à n’importe quel arrêt desservi par un autre réseau local, en passant par le réseau Car jaune.

À titre d’exemple, qu’une personne âgée puisse avec la Carte Armelle voyager gratuitement de la Rivière des Pluies (en prenant le bus Citalis) à Saint-Gilles les Hauts (en prenant le réseau Kar’Ouest) en passant par le réseau Car jaune.

 

2°- Du fait de la popularité de la mesure, nombreuses sont les personnes âgées qui empruntent gratuitement les lignes du réseau Car jaune… aux heures de pointe le matin et le soir.

Résultat : les cars sont saturés et des personnes devant impérativement prendre le car pour se rendre au travail restent parfois « à terre » comme on dit.

Pour y remédier, le département envisage que les voyages avec la carte Armelle soient gratuits en dehors des heures de pointe.

Je vois déjà certains observateurs avancer avec audace que c’est injuste.

C’est oublier deux évidences :

– si un tel aménagement n’est pas mis en œuvre, il faudra augmenter le nombre de cars, et la fréquence aux heures de pointe, donc supporter un coût plus important. Qui ? Le département… c’est-à-dire en définitive vous, ou plutôt ceux qui travaillent et paient les impôts.

– le département n’a pas attendu quiconque pour offrir la gratuité aux personnes âgées, ce qui n’était pas une obligation légale, mais une volonté forte du Département, à commencer par la présidente de cette collectivité, Nassimah Dindar.

 

D – Les personnes à mobilité réduite     

 

Deux remarques en préambule :

 

1°- Toutes les personnes à mobilité réduite ne peuvent, et ne pourront demain, emprunter les lignes des réseaux Car jaune et des réseaux locaux.

En effet, pour certaines de ces personnes, les aménagements à opérer sont tels que d’autres solutions sont préférables.

Ce n’est pas spécifique à l’île de La Réunion puisque de nombreux réseaux en France continentale connaissent la même difficulté à résoudre ce problème.

C’est pourquoi le Département a mis en place le TAD, le transport à la demande, permettant à une PMR ayant un handicap lourd de bénéficier d’un transport spécifique et adapté.

Le Département, avec l’aide espéré de la Région – bien que celle-ci, rappelons-le, a refusé de traiter la collectivité départementale comme les autres AOTU (CIVIS, CINOR, etc.) pour l’aide à l’acquisition de bus

(Lire à ce propos les articles suivants :

19 décembre 2012 : Transports – Relation Département et Région : syndicat mixte… et financement des bus du futur réseau car jaune comme pour la CIVIS et la CASUD 

1er février 2013 :  Transports et déplacements – Malgré le non-respect des règles, aller de l’avant ! 

9 septembre 2013 :  Transports collectifs – Un défi que le Département relèvera malgré l’inégalité de traitement par la Région ) –

envisage en partenariat avec les taxiteurs, et les AOTU, de renforcer le nombre de véhicules adaptés et que des amplitudes horaires plus importantes permettent à ces personnes à mobilité réduite de profiter plus de loisirs aujourd’hui à la portée de celles et ceux qui ont la chance de ne pas être « handicapables ».

 

2°- Les aménagements à envisager ne concernent pas seulement le matériel roulant (bus et cars, voitures et minibus), et ne relèvent pas de la seule responsabilité du Département. Ainsi, toutes les AOTU sont concernées, et comme je l’ai mentionné plus haut, la Région aussi, espérons-le, bien inspirée alors de réparer l’injustice qu’elle a occasionné à l’encontre du Département, écarté du bénéfice des aides Trans éco express.

 

Cela étant, il existe au Département plusieurs dispositifs :

– la carte Hand’ Pass’ : l’objectif est de favoriser l’utilisation des transports en commun pour les personnes handicapées (taux de handicap égal ou supérieur à 50%). Pour ce faire, le Département a instauré la gratuité sur les lignes Car Jaune et une réduction de 50% sur les lignes Z’éclairs. À titre d’exemple, en 2011, 3 583 cartes ont été délivrées ;

– le service d’accompagnement des personnes à mobilité réduite (PMR). Ce service fonctionne sur réservation. Les Personnes porteuses d’un handicap peuvent bénéficier de ce service d’accompagnement sur les gares desservies par les lignes Z’éclairs. Elles sont prises en charge dès leur arrivée en gare, accompagnées si nécessaire pendant le trajet, et récupérées dans le véhicule à leur destination. Là encore, à titre d’exemple, 139 réservations ont été faites en 2011, et 137 accompagnements réalisés ;

– le Pass’transport : c’est en 2006 que le Conseil général a mis en place le Pass Transport, dispositif volontariste, afin de faciliter le déplacement des personnes handicapées dans leur vie quotidienne et favoriser leur autonomie (courses, médecins, loisirs…). Le Pass Transport consiste en une aide annuelle individuelle de 300 €, allouée sous forme de chéquiers nominatifs. Ils constituent un moyen de paiement pour une prestation de transport personnalisée auprès de taxiteurs et du réseau Cars jaunes. Le dispositif a été reconduit en 2013 avec une validité des droits individuels prorogés à trois ans. Dans ce cadre, les services poursuivront l’effort engagé sur la qualité des prestations offertes et la bonne utilisation de l’aide, par le renforcement des contrôles des affiliés, entamés depuis 2011. 

– L’organisation du transport scolaire des élèves et des étudiants handicapés : ce dispositif a pour objet d’offrir un transport adapté aux élèves et étudiants handicapés porteurs de handicap, scolarisés en milieu ordinaire.

Sont concernés les élèves et étudiants reconnus handicapés par la CDAPH (Commission Départementale pour l’Autonomie des personnes handicapées), titulaires d’une notification de droit au transport, qui se trouvent dans l’impossibilité d’emprunter le réseau de transport en commun.

Deux modalités de mise en œuvre sont prévues :

a) l’indemnisation à la famille : les familles qui assurent le transport scolaire de leurs enfants au moyen de leurs véhicules ou du véhicule d’un tiers, peuvent prétendre à l’indemnisation conformément à l’article R213-14 du code de l’éducation. Cette indemnisation intervient 2 fois par an, par l’établissement d’un dossier.

b) le transport organisé et financé par le Conseil Général : cette solution est prévue pour les familles qui ne peuvent en aucun cas assurer ou faire le transport elles-mêmes et pour les élèves qui nécessitent un transport en véhicule aménagé (cas des personnes en fauteuil roulant et/ou reconnues par la CDAPH, avec un taux  de handicap de + de 80%).  Le Conseil Général organise alors le transport. Dans ce cas, il désigne un transporteur chargé d’assurer le transport de l’élève ou de l’étudiant entre son domicile et son établissement scolaire. Ce transport se définit sur la base d’un aller-retour par jour.

 Sur 5 ans (2008 à 2012), le dispositif a concerné 6 224 bénéficiaires pour un coût global de 17, 5 M€.

– enfin, depuis 2003, le Département de la Réunion a mis en place un cadre d’intervention en matière de soutien financier aux foyers d’accueil occupationnels (FAO) pour la prise en charge des frais de transport  sur la base d’un aller-retour quotidien de leurs usagers, de leur domicile vers leur établissement. Celui-ci se traduit par l’attribution d’une dotation annuelle au foyer, calculée sur la base des circuits prévisionnels de ramassage de ses usagers. L’établissement a le choix entre deux options : soit une gestion externalisée avec le paiement d’une prestation auprès d’un transporteur (indemnité forfaitaire kilométrique de 2 €/km), soit une gestion internalisée avec un financement de véhicules adaptés, et le paiement des frais de roulage par une indemnité forfaitaire kilométrique de 0,90 €/km.

 

Comme vous pouvez le constatez, un effort conséquent est déployé par le Département en faveur d’un public plus exposé et plus fragile. Mais ce n’est pas pour autant que les autres usagers ne bénéficieront pas à partir de 2014 de tarifs avantageux. Je le montrerai dans un  prochain article.

 

Article vu 3 408 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

2 Commentaires sur

Transports – Mise au point : en 2014, sur le réseau Car jaune, de nombreux usagers des transports bénéficieront de tarifs adaptés, voire de la gratuité

  • ColletNo Gravatar |

    Bonjour, j’ai plus de 60 ans et lorsque j’ai demandé à avoir cette carte au réseau car jaune, on m’a répondu que la Loi a changé depuis l’année dernière et qu’il faut avoir 65 ans. Qu ‘en est-il réellement ?

  • Pierre VERGESNo Gravatar |

    Lorsque j’étais encore vice-président délégué aux transports, c’est-à-dire avant mars 2015, il était convenu que pour les personnes de plus de 60 ans, la carte permettant de voyager sur le réseau Car jaune pouvait leur être délivrée. Par contre, pour bénéficier de la carte Réuni’Pass, permettant de voyager sur TOUS les réseaux, l’exigence posée par certains réseaux locaux, comme Alterneo, celui de la CIVIS, d’avoir 65 ans, a été retenue. J’ai bien peur que depuis mon départ, les évolutions qui auraient dû intervenir, comme le renforcement de certaines lignes avec plus de bus (plutôt que de voyager debout, possibilité légale qui devrait rester EXCEPTIONNELLE, notamment lors de passage d’un dernier bus le soir), ou comme l’information nécessaire qui devait être faite par le groupement qui gère le réseau Car jaune, sous réserve de l’accord du Département, sont enterrées.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web